Crédit photographique : Bibliothèque de l’Institut de France 

ET
2879 documents

Sélectionner par

• Année
Sans date
1760
1770
1780
1790
→ Aucune sélection

• Marques postales
Non
Oui
→ Aucune sélection

• Type de contenu
Description du papier
Image du filigrane
Transcription
Transcription & papier
→ Aucune sélection

2237/2879 results        
Notice
Identification et lieu de conservation
IDC2257
TitreLagrange, Joseph Louis de à Condorcet - 30 septembre 1771 (Paris, Bibliothèque de l’Institut de France / Ms 876, f. 15-16)
Datation30 septembre 1771
Lieu de conservationParis, Bibliothèque de l’Institut de France
CoteMs 876, f. 15-16
Interventions
Expéditeur(s) et destinataire(s)
Lieux
Lieu d'écriture indiqué par le scripteurà Berlin
Lieu d'écriture rétabli ou normaliséBerlin
Lieu d'écriture indexé
Lieu de destination indiqué par le scripteurParis
Lieu de destination rétabli ou normalisé[Paris]
Lieu de destination indexé
AdresseA Monsieur Monsieur le Marquis de Condorcet de l'Académie Royale des Sciences. à Paris
Note(s) lieu(x)

Lagrange adresse cette lettre à Paris, d'où elle est redirigée vers Ribemont, "par Saint-Quentin". Aucune marque postales visible pour le trajet de Berlin à Paris.

Marques postales
Marques postalesOui
Pliage d’expéditionPli cacheté
Tarif postal6
Sousoui
Marque du bureau d’expéditionP [couronné]
Bureau d'expédition indexé
Levée[néant]
Note(s) marques postales

Lagrange adresse cette lettre à Paris, d'où elle est redirigée vers Ribemont, "par Saint-Quentin". Aucune marque postale visible pour le trajet de Berlin à Paris.

Textes
Transcripteur(s)OCR
Incipit

Mon cher et illustre ami, je ne pourais vous exprimer combien j'ai été enchanté

Transcription

[15 r]à Berlin ce 30 Sept. 1771

Mon cher et illustre Ami, je ne saurais vous exprimer combien j'ai ete enchanté de recevoir une marque de votre souvenir. quoique notre correspondance souffre souvent d'assés longues interruptions, je me flatte que votre amitié n'en est pas moins inalterable, et je n'ai jamais cessé d'y repondre par toute la mienne. je sens tout le prix du sufrage dont vous voulez bien honorer mes faibles travaux, et je vous en remercie de tout mon cœur. je suis surtout tres sensible à l'honneur que vous me faites en donnant un precis de ma methode pour la resolution des equations numeriques, dans les supplemens de l'Enciclopedie ; cette matiere, l'une des plus importantes de l'analise, et asses negligée jusqu'ici, ne peut que gagner beaucoup en passant par vos mains. il est bon qu'elle se trouve developpée dans un ouvrage tel que l'Enciclopedie, et qu'elle puisse devenir par la aussi familiere aux Geometres que son importance l'exige. Quant à mes recherches sur les problemes indeterminés, je vous suis d'autant plus obligé d'avoir pris la peine de les lire que je vous croye le seul qui m'ait fait cet honneur ; car M. Euler qui s'est beaucoup occupé autrefois de ce sujet et qui en a fait longtems ses delices m'a mandé que la perte de sa vue ne lui ayant pas permis de lire mes memoires, il n'avait cependant pas manqué de [15 v] se les faire lire, mais qu'il lui avait ete impossible de suivre mes raisonnemens et mes calculs. J'ai taché de les un peu plus clairs et plus concis dans des Additions que j'ai faites a la Traduction francaise de l’Algebre Allemande d'Euler. je ne sai si j'y ai reussi, vous en jugerez dès que cet ouvrage paraitra. j'ai chargé l'imprimeur, M.r Bruiset, de Lion, de vous en faire remettre un exemplaire de ma part, et je |vous| prie d'avance de l'accepter comme une marque de ma haute estime et du desir que j'ai de meriter la votre.

La demonstration que vous donnez de mon theoreme sur la resolution de l'equation y - x = φ x = 0 est tres bonne, mais elle n'est, ce me semble qu'a posteriori. je me suis servi de cette meme methode pour le verifier en general des que je trouvé. ce qui reste a trouver c'est une methode directe et a priori et independante de la theorie des equations pour prouver en general que si l'on a l'equation

x = y + φ y + d . φ 2 y 2 d y + d 2 . φ 3 y 2 . 3 . d y 2 + & c .

on aura aussi

ψ x = ψ y + φ y ψ ' y + d . φ 2 y ψ ' y 2 d y + d 2 . φ 3 y ψ ' 2 . 3 . d y 2 + & c . ,

quelles que soient les fonctions φ y et ψ y . De la il s'ensuivrait d'abord <que> l'equation y - x = φ x = 0 ; car faisant ψ x = φ y [16 r] dans la seconde série, elle deviendrait

φ x = φ y + d . φ 2 y 2 d + d 2 . φ 3 y 2 . 3 . d y 2 + & c . ,

laquelle etant retranchée de la premiere, on aurait x - φ x = y .

J'ai lu avec la plus grande satisfaction votre Memoire sur les suites infinies, et j'y ai trouvé des vues tres profondes et tres ingenieuses, sur cette matiere. je souhaiterais seulement que vous eussiez pris la peine de descendre dans de plus longs details pour en faire voir l'utilité et l'application ; peut être les trouverai-je dans les Memoires que vous destinez au volume de 1771, et dont j'ai d'avance une grande idée. La methode d'approximation que vous donnez à la page 218 m'a paru tres belle, et j'ai d'abord voulu en faire l'application a l'equation

d 2 y d t 2 + K 2 y + i M y 2 + i 2 N y 3 + & c . = 0 ,

que j'ai traitée ailleurs ( K , M , N etant des coefic. const. et i une quantité très petite) ; voulant pousser l'exactitude jusqu'aux termes de l'ordre de i 2 inclusivement j'ai employé le multiplicateur

( X + i y + i 2 Q y 2 ) d t + i ( p + i q y ) d y + i 2 r d y 2 d t 2 d t ,

X , P , Q , etc. étant les fonctions det et ayant négligé les quantités au dessus de i 2 , et achevé le calcul j'ai trouvé que la valeur de y en t contiendrait des arcs de cercle quoique elle ne doive point en contenir, et n'en contienne point en effet suivant ma methode. Il ne me reste de papier que pour vous embrasser, et vous renouveller les assurances de ma tendre et inviolable amitié. M. Bernoulli m'a chargé de vous faire ses tres humbles complimens.

[16 v] [adresse, marques postales et cachet (voir autres rubriques).]


Manuscrit

Adresse (corrigée par une inscription allographe, voir ci-dessous) :
« A Monsieur
Monsieur Le Marquis de Condorcet
de l’Academie Royale des Sciences.
à Paris » (f. 16v).

Bureau d’expédition (lors de la redirection de la lettre) : «  P [i. e. « Paris »]  » couronné (f. 16v).

Support d’écriture : [à compléter]

Autre élément matériel : cachet de cire rouge, brisé (f. 16v).

Inscription allographe : sur l’adresse, « a Paris » a été barré pour être remplacé, d’une main inconnue, par « a Ribemont », « Par StQuentin » (f. 16v).


2237/2879 results        

                               

Reponsable du projet : Nicolas Rieucau. Université Paris VIII.
Projet financé par l'Agence National de la Recherche (ANR)
Hébergement du site : TGIR Huma-Num

© 2016 - 2017 Laboratoire d’économie dionysien

Dernière mise à jour: mardi 19 mars 2019 (17:40) +
Rendu de la page en 0.049s