Crédit photographique : Bibliothèque de l’Institut de France 

ET
2871 documents

Sélectionner par

• Année
Sans date
1760
1770
1780
1790
→ Aucune sélection

• Marques postales
Non
Oui
→ Aucune sélection

• Type de contenu
Description du papier
Image du filigrane
Transcription
Transcription & papier
→ Aucune sélection

505/2871 results        
Notice
Identification et lieu de conservation
IDC505
TitreCollignon, Nicolas à Condorcet - 2 novembre 1790 (Paris, Archives de l’Académie des sciences / pochette de séance du 17 nov. 1790)
Nature du documentOriginal
Lieu de conservationParis, Archives de l’Académie des sciences
Cotepochette de séance du 17 nov. 1790
Dates
Date indiquée par le scripteurce 2. 9bre 1790
Datation2 novembre 1790
Date de trimardi 2 novembre 1790
Travail de datation achevéOui
Interventions
Expéditeur(s) et destinataire(s)
Instrument d’écriturePlume trempée dans l’encre noire
Lieux
Lieu d'écriture indiqué par le scripteurStrasbourg
Lieu d'écriture rétabli ou normaliséStrasbourg
Lieu d'écriture indexé
Lieu de destination rétabli ou normaliséParis
Lieu de destination indexé
Papier et cachet
Description sommaire du papier

Bifeuillet in-4°, vergé écru, filigrané

Textes
Transcripteur(s)JH, revu NR.

Contenu

N’a pas reçu de rapport ni de lettre concernant son livre sur l’uniformisation des poids et mesures, envoyé en février 1788. Vient d’apprendre la nomination de l’Académie, [conformément aux décrets du 8 mai 1790], pour examiner la question de l’uniformisation des poids et mesures. Estime que son livre pourrait résoudre cette question. Propose ses services.

Transcription

[1 r]Monsieur,

J’ai eû l’honneur de vous ecrire une lettre en datte du 1. fevrier 1788, qui accompagnoit un livre de ma composition pour rendre tous les poids et mesures uniformes dans le Roiaume, lequel a deû [sic] vous parvenir franc de port sous le couvert du Ministre ; vous n’aurés sans doute pas manqué de le recevoir, puisque j’ai reçu reponse d’une autre Academie de Paris sur un paquet joint au vôtre envoyé par le même ordinaire. Comme je n’en ai encore reçu aucune nouvelle, qu’il me soit permis d’avoir L’honneur de vous en faire mention. Je pense que L’Academie, a qui je vous ai prié de le presenter, n’aura pas manqué de nommer des commissaires pour l’examiner avec attention, et qu’ils lui en auront rendu un compte [1 v] < [... ?] > avantageux. J’espere que vous voudrés bien avoir la bonté de me donner de sa part des nouvelles satisfaisantes.

Voilà, Monsieur, que, conformement a mon plan, il est décidé que tous les poids et mesures seront rendus uniformes dans l’Etendue du Roiaume, et j’ai appris que L’Academie avoit été nommée, tant pour décider du merite des ouvrages presentés a ce sujet a L’Assemblée Nationale, que pour l’exécution directe de ce plan important et considerable. Ainsi, il y va de son honneur de donner a cet egard un travail, et de porter des jugemens qui ayent le suffrage des gens qui sont justes et eclairés. Sûrement, en adoptant mes vues, particulierement les 3. Etalons de mesures que j’ai indiqué[s], qui ne sont pas variables et versatiles, j’ose le dire, <comme> ceux déduits du pendule a secondes exposé tous le[s] 45-eme[s] degré[s] de latitude, qu’on a paru vouloir < [... ?] > conseiller, il n’est pas douteux qu’il lui en reviendroit autant d’honneur, que d’avantage [2 r] pour les sciences, et qu’Elle s’eviteroit bien des difficulttés, des critiques et des inconveniens, ainsi que je l’avois Etabli d’avance aux pages 25, 26 et 27 de mon livre auxquelles je me raporte. Au reste, si l’academie veut m’employer pour l’exécution du plan dont je suis l’inventeur, j’ai L’honneur de lui offrir mes services, et Elle est a même de me faire ses propositions a ce sujet. Je vous prie de vouloir bien mettre, au plutot la presente, et le livre que j’ai deja eû L’honneur de vous envoyer, sous les yeux de L’Academie.

J’ai L’honneur d’être avec Toute la consideration et le respect possibles,

Monsieur,

Vôtre trés humble et trés
obeissant Serviteur.
Collignon
Avocat, place d’Armes n.o 23
a Strasbourg.

Strasbourg ce 2. 9bre 1790.

[2 v vierge]


Manuscrit

Adresse :« 
« « a M.r de Condorcet, Sécretaire perpetuel de L’Academie des sciences de Paris, a Paris. »  » (f. 1 r, en bas).

Support d’écriture :

Inscriptions allographes au f. 1 r :

  • D’une main inconnue, au crayon puis effacé, on lit : « 17 [... ?]1 » ;
  • D’une autre (?) main inconnue, au crayon, on lit : « Poids et mesures - », « m Collignon » ;
  • De la main de S. Gallot, au crayon, on lit : «  L [i. e. « Lettre »] – sur » [devant « Poids et mesures - » de la main inconnue qui précède], « 17 Nov. 1790 »..

1 Trait en dessous.

Contenu

N’a pas reçu de rapport ni de lettre concernant son livre sur l’uniformisation des poids et mesures, envoyé en février 1788. Vient d’apprendre la nomination de l’Académie, [conformément aux décrets du 8 mai 1790], pour examiner la question de l’uniformisation des poids et mesures. Estime que son livre pourrait résoudre cette question. Propose ses services.

505/2871 results        

                               

Reponsable du projet : Nicolas Rieucau. Université Paris VIII.
Projet financé par l'Agence National de la Recherche (ANR)
Hébergement du site : TGIR Huma-Num

© 2016 - 2019 Laboratoire d’économie dionysien

Dernière mise à jour: mercredi 18 septembre 2019 (09:47) +
Rendu de la page en 0.033s