Crédit photographique : Bibliothèque de l’Institut de France 

ET
2880 documents

Sélectionner par

• Année
Sans date
1760
1770
1780
1790
→ Aucune sélection

• Marques postales
Non
Oui
→ Aucune sélection

• Type de contenu
Description du papier
Image du filigrane
Transcription
Transcription & papier
→ Aucune sélection

947/2880 results        
Notice
Identification et lieu de conservation
IDC948
TitreSavall y Valldejuli, Joseph Antonio à Condorcet - 24 septembre 1788 (Paris, Archives de l’Académie des sciences / pochette de séance du 15 nov. 1788)
Datation24 septembre 1788
Lieu de conservationParis, Archives de l’Académie des sciences
Cotepochette de séance du 15 nov. 1788
Interventions
Expéditeur(s) et destinataire(s)
Lieux
Lieu d'écriture indiqué par le scripteurBarcelone
Lieu d'écriture rétabli ou normaliséBarcelone
Lieu d'écriture indexé
Lieu de destination rétabli ou normaliséParis
Lieu de destination indexé
Textes
Transcripteur(s)JH revu NR.

Contenu

Transmet pour l’Académie un « Discours sur la nécessité de réformer la pharmacopée de Barcelone ». Voudrait aussi que le destinataire de sa lettre [Condorcet ?]  examine et corrige son mémoire.

Transcription

[1 r]Barcelone le 24. 7.bre 1788.

Monsieur

Voyant le malheureux etat ou se trouve la Province de Cathalogne p.r le besoin d’une Pharmacopée, et voyant que chaqu’un suivent l’auteur qu’il lui paroissoit plus a propos sur des compositions qui ne sont point dans notre Pharmacopée, d’ou il s’en suivent des inconvenients a la societé ; Et pour obvier a des pareils evenements, J’ay resolú [de] publier un Ecrit dans les Vues de faire voir les dommages qui s’en suivent au public. J’ôse avancer qu’il a été bien reçú, et aplaudi par les Medecins, et Chirurgiens de cette Ville, il n’en-a pas été de même de la part des Apoticaires qui se sont principalement attachès a critiquer mon Ecrit, en le disant défectueux de Chimie, et ont fini par defendre sa Pharmacopée, allegant que mes propositions sont autant d’exagerations sans fondement.

Il resulte de mon Exposé, que par l’Ecrit que Je prends la liberté de Vous adresser pour l’Academie Royale, il Vous plaira Monsieur, le bien examiner, et le corriger de [1 v] maniere a le rendre sur, et distinct ; Je serois enchanté d’apprendre ce qu’en pense l’Academie Royale, Je ne pourrois m’attendre à un suffrage sans le secours de Votre Examen, et correction ; mes foibles lumieres, et mon peu de talent ne peuvent me le faire esperer d’etre du nombre des associès de cette Royale Academie : J’espere tout de l’indulgence des membres de la dite Academie, avec qui Je prouverois beaucoup de satisfaction de correspondre, il sera de même avec Vous Monsieur ; Je desirerois que Vous me missiés à même de Vous être de quelque utilité dans ce pays. Je Vous offre à cet Effet tout ce qui depend de moy, ayant l’honneur d’etre avec des sentiments de Consideration

Monsieur

Votre três humble Et ob.t Serv.r
Joseph Antoine Savall

[2 r-v vierge]


Manuscrit

Support d’écriture :

Inscriptions allographes :

  • de la main de S. Gallot, au crayon : «  M - [i. e. « Mémoire »] 15 Nov. 1788 », «  R – [i. e. « Rapport »] 7 Fév. 1789 », « Nouvelle pharmacopée Barcelone », « Savall » (f. 1r) ; ;
  • d’une main inconnue, au crayon, « associés » au-dessus de « associès » (pour faciliter la lecture de ce mot) (f. 1v)..

Contenu

Transmet pour l’Académie un « Discours sur la nécessité de réformer la pharmacopée de Barcelone ». Voudrait aussi que le destinataire de sa lettre [Condorcet ?] examine et corrige son mémoire. 

947/2880 results        

                               

Reponsable du projet : Nicolas Rieucau. Université Paris VIII.
Projet financé par l'Agence National de la Recherche (ANR)
Hébergement du site : TGIR Huma-Num

© 2016 - 2017 Laboratoire d’économie dionysien

Dernière mise à jour: samedi 23 mars 2019 (01:04) +
Rendu de la page en 0.027s