Crédit photographique : Bibliothèque de l’Institut de France 

ET
2882 documents

Sélectionner par

• Année
Sans date
1760
1770
1780
1790
→ Aucune sélection

• Marques postales
Non
Oui
→ Aucune sélection

• Type de contenu
Description du papier
Image du filigrane
Transcription
Transcription & papier
→ Aucune sélection

964/2882 results        
Notice
Identification et lieu de conservation
IDC965
TitreCotte, Louis à Condorcet - 11 août 1780 (Paris, Archives de l’Académie des sciences / pochette de séance du 16 août 1780)
Nature du documentOriginal
Lieu de conservationParis, Archives de l’Académie des sciences
Cotepochette de séance du 16 août 1780
Interventions
Expéditeur(s) et destinataire(s)
Instrument d’écriturePlume trempée dans l’encre noire
Dates
Date indiquée par le scripteur11. août. 1780
Datation11 août 1780
Date de trivendredi 11 août 1780
Travail de datation achevéOui
Lieux
Lieu d'écriture indiqué par le scripteurMontmorenci
Lieu d'écriture rétabli ou normaliséMontmorency
Lieu d'écriture indexé
Lieu de destination rétabli ou normaliséParis
Lieu de destination indexé
Papier et cachet
Description sommaire du papier

Bifeuillet in-4°, vergé écru, filigrané 

Textes
Transcripteur(s)JH revu NR.

Contenu

L’informe que les variations barométriques lors de l’aurore boréale du 28 juillet ont été similaires à Franeker et à Montmorency. Celles de Franeker lui ont été communiquées par van Swinden. Copie à ce propos la lettre du 31 juillet que ce dernier lui a adressée. Souhaiterait que l’Ads lui procure un baromètre plus léger. Van Swinden lui a aussi indiqué qu’il était très important, dans la construction d’un baromètre, de faire « coïncide[r] le centre magnétique avec le centre du mouvement ». Lui rend compte des variations de son baromètre lors des orages des « mois passés ». A observé un météore le 5 août.

Transcription

[1 r] 1

Monsieur

L’aurore borèale du 28. Juillet dernier n’a point été observée à Franeker par ce que le temps étoit couvert mais l’aiguille aimantée n’a pas eté moins irréguliere dans cette ville qu’à Montmorenci. Voici ce que M.r Van Swinden me mande, sa lettre est du 31 Juillet.

Mes aiguilles continuent ici fort régulièrement leurs mouvements périodiques : mais leurs variations sont plus petites et beaucoup plus petites que d’ordinaire dans cette saison, il s’est rarement passé quelque chose d’irrègulier depuis le 2 Mars (même uniformité à Montmorenci depuis la même epoque, c. à. d. depuis la belle aurore bor. du 29. fèvrier qui occasionna de grandes irrégularités à Franeker et à Montmorenci). M.r Van SW. continue le 15 de Juin ciel fort couvert ici, desorte que Je n’ai pas vû d’aurore borèale (elle a été vue à Paris) mais le lendemain matin et soir, les variations ont été plus fortes que de coutume et un peu irrégulières, les aiguilles ont parcouru ce jour là l’une 22.’ l’autre 20.’ la derniere 15.’ (à Montmorenci grandes variat. le 14 et le 16, c. à. d. la veille et le lendemain des 2e aur. bor.) En Juillet il n’y a eu que deux irrègularités, savoir le 12 entre [1 v] 6 et 8.h du matin que les aiguilles ont parcouru 20. 28. et 25.’ du [... ?] mouvement régulier (même irrègularité à Montmorenci de 8 à 11.h matin). La seconde irrégularité a eu lieu Samedi dernier, le 29 du mois. Celle-ci est plus forte, elle a duré de 9.h à 11.h matin, et a fait parcourir à l’ancienne aiguille au N.° A (voy. < [... ?] > son mém. sur les aig. aim.) seulement 22.’ à N.° 4. 62.’ à N.° 6. 56.’ elles oscilloient trés irrégulierement et quelquefois de 16.’ en un demi quart d’heure ; car de 9.h à 11.h Je les ai observé tous les demi-quarts d’heures ; ciel couvert ce jour là, la veille et le lendemain. »{.} (J’ai fait part à l’acad. des observat. que J’ai faites sur mon aiguille aimantée <pe> avant le [... ?] pendant la durée du phénomène et le lendemain, mon aiguille oscilloit come celles de Franeker mais d’une maniere plus sensible ; elle ne revint à Montmorenci comme à Franeker qu’à 11.h du matin du 29 à son tems de déclin. ordinaire qui est ici actuellement de 20.d juste dont elle ne s’est point écartée jusqu’ici depuis ce temps.) Je désirerois bien avoir une aiguille plus lègere que celle dont Je me sers (elle pese 6 gros et a 10 pouces de longueur) et mieux suspendue (elle a une chape de cuivre). On m’avoit fait espérer que l’acad. m’en procureroit une semblable à celle de M.r Coulomb, mais J’apprends que M.r Le Monnier l’observe actuellement, sans doute que si ce savant en est content, on en fera construire de semblable, et que l’acad. voudra bien m’en procurer une. Depuis le 9 Janvier 1778 Je n’ai pas manqué d’observer mon aiguille d’heure en heure, de 4.h matin à 8 ou 9.h soir.

[2 r] M.r Van Swinden me mande qu’il craint que dans la construction des aiguilles, on ne s’applique bien plus à [= qu’à] la mobilité qui est sans doute essentielle, et qu’on ne néglige [= qu’on néglige] une autre condition bien plus essentielle selon lui, et sur laquelle il a beaucoup insisté dans son mémoire : savoir la coïncidence du centre magnétique avec le centre du mouvement.

Pendant les Tonneres majestueux que Nous avons eu ces mois passés, J’ai fait communiquer le conducteur de mon electric. [?] [... ?] avec le ☿ [i. e. « mercure »] de la cuvette de mon Barom. et J’ai vû le ☿ s’elever subitement de ¼ de ligne, au moment de la coïcation [?] à chaque eclair qui paroissoit, il s’annonçoit par une etincelle bruyante qui sortoit des ténebres, et dans le même moment, le milieu de la colonne de ☿ s’elevoit de plusieurs lignes, et se remettoit aussitôt à son niveau tel qu’il étoit avant l’apparition de l’eclair, c. a. d. ¼ de ligne plus haut qu’il n’etoit avant la coïcation [?]. De tems en tems Je le voyois agité tel qu’on l’observe dans les tempètes. La coïcation [?] interrompue, le ☿ etoit près d’une heure à se remettre à son premier niveau. C’est pour la 4.e fois que Je fais la même experience et que J’obtiens le même resultat. mon Barom. porte un index de cuivre garni d’un alidade qui court sur une echelle divisée en transversalles [sic] et qui donnent trés exactement les douzièmes de ligne.

Le 5 de ce mois à 10.h soir Nous avons observé ici un beau Globe de feu au NO. qui a duré quelques minutes, et qui s’est éteint ensuite sans explosion, l’air étoit etouffant depuis plusieurs Jours,

J’ai l’honneur d’etre avec Respect

Monsieur

Votre trés humble et
trés obéissant serviteur
Cotte P.tre de l’orat.

Montmorenci 11. août. 1780.

[2 v vierge]


1 Comme dans certaines de ses autres lettres (voir par exemple IDC 2487 et IDAC 8), Cotte a inscrit une croix en haut de ce feuillet. Peut-être est-ce pour signifier qu’il a réalisé une minute de sa lettre ?

Manuscrit

Support d’écriture : bifeuillet in-4°, vergé écru, filigrané.

Inscriptions allographes au f. 1 r :

  • d’une main inconnue, au crayon, effacé : « Aurore boréale », « M. Cotte » ;
  • d’une autre (?) main inconnue, au crayon, effacé : « 16 [... ?] » ;  ;
  • de la main de S. Gallot : « COTTE », « variation aiguille aimantée », « lu ».

Contenu

L’informe que les variations barométriques lors de l’aurore boréale du 28 juillet ont été similaires à Franeker et à Montmorency. Celles de Franeker lui ont été communiquées par van Swinden. Copie à ce propos la lettre du 31 juillet que ce dernier lui a adressée. Souhaiterait que l’Ads lui procure un baromètre plus léger. Van Swinden lui a aussi indiqué qu’il était très important, dans la construction d’un baromètre, de faire « coïncide[r] le centre magnétique avec le centre du mouvement ».  Lui rend compte des variations de son baromètre lors des orages des « mois passés ». A observé un météore le 5 août. 

964/2882 results        

                               

Reponsable du projet : Nicolas Rieucau. Université Paris VIII.
Projet financé par l'Agence National de la Recherche (ANR)
Hébergement du site : TGIR Huma-Num

© 2016 - 2019 Laboratoire d’économie dionysien

Dernière mise à jour: dimanche 17 novembre 2019 (20:47) +
Rendu de la page en 0.027s