Crédit photographique : Bibliothèque de l’Institut de France 

ET
3626 réponses

Sélectionner par

• Année
Sans date
1760
1770
1780
1790
→ Aucune sélection

• Marques postales
Non
Oui
→ Aucune sélection

• Type de contenu
Description du papier
Image du filigrane
Transcription
Transcription & papier
→ Aucune sélection

2239/3626 results        
Notice
Identification et lieu de conservation
IDC2283
TitreJoão Jacinto de MAGELLAN à CONDORCET - 21 juin 1777 (Paris, Bibliothèque de l’Institut de France / Ms 876, f. 77-78)
Document de référenceOui
Statut éditorialLettre retenue
Nature du documentOriginal
Lieu de conservationParis, Bibliothèque de l’Institut de France
CoteMs 876, f. 77-78
Intervention(s)
Expéditeur(s) et destinataire(s)
Scripteur(s)
Instrument d’écriturePlume trempée dans l’encre noire
Signature de Condorcet[non]
Signature(s) (hormis Condorcet)Oui
Dates
Date indiquée par le scripteur<22 Juillet> 21 Juin 1777
Datation21 juin 1777
Travail de datation achevéOui
Lieux
Lieu d'écriture indiqué par le scripteurLondres
Lieu d'écriture rétabli ou normaliséLondres
Lieu d'écriture indexé
Lieu de destination indiqué par le scripteur[non]
Lieu de destination rétabli ou normalisé[Paris, Académie des sciences]
Lieu de destination indexé
AdresseA Monsieur
Monsr Le marquis de Condorcet
Secretaire de l'Acade Rle des Sciences
A Paris [trait tiré]
Marques postales
Marques postalesOui
Pliage d’expéditionPli cacheté
Tarif postal20
Sousoui
Unité de compte étrangère[non]
Marque du bureau d’expéditionD'ANGLETERRE
Levée[non]
Autre(s) marque(s) postales[Au dos du pliage d’expédition, marque non déchiffrée, probablement apposée par la poste française à l’arrivée.]
Note(s) marques postales

Le tarif de 20 sous correspond au port de Londres à Paris, tel que prévu à l'article 89 du Tarif de 1759.

Papier et cachet
Description sommaire du papier

Bifeuillet in-4°, vergé écru, filigrané 

Textes
Incipit

Je trouvai enfin dimanche dernier le d.r Solandre chez lui, après 3 ou 4 fois que j’avois allé chez lui

Ouvrir dans une nouvelle page

Note sur l’établissement du texte : au début du f. 78 r, plusieurs lacunes dans le texte ont été occasionnées par l’une des déchirures du papier, d’où les nombreuses interventions de notre part.

Transcription

[77 r] Londres <22 Juillet> 21 Juin 1777

Monsieur

Je trouvai enfin dimanche dernier le d.r Solander chez lui, après 3 ou 4 fois que j’avois allé chez lui. Il me dit n’avoir pas fait aucune experience avec la Phytolacca : & me recommanda de parler avec M.r Justamond, cirurgien qui epousa la fille de feu d.r Matty, que vous avez connû sans doute. J’y fus tout desuite. Il m’assura <n’> ne pas avoir fait usage de cette plante : mais il a un especifique, ou remede particulier avec lequel il a fait des guerissons notables sur des cancers. Il m’en a montré dans de l’esprit devin, qu’il avoit extrait sans l’application du couteau, mais simplement avec son remede. Il dit que si le patient qui a le cancer sans etre encore ouvert, lui envoyera une information bien detaillée de son etat actuel, il pourra lui envoyer d’ici le remede avec la direction pour l’appliquer. Mais que si le cancer est ouvert, alors il faudroit venir ici. Il m’assura que M.r Minors, cirurgien dans l’Hopital de Midlessex ici à Londres, avoit gueri tout à fait un cancer dans la levre, avec l’application reiterée de l’air fixe. Je vous prie de communiquer cette notice à l’Abbé Rozier pour l’inserer dans son journal, comme interessante à encourager l’application de ce remede nouveau. Ajoutez y, que me trouvant hier soir dans l’assemblée du Chev.r Pringle, M.r Wedenberg, d.r en Medecine suedois, qui s’y trouvoit |aussi| nous assura qu’en Alemagne on avoit obtenû la cure parfaite d’un autre cancer avec l’application de l’air fixe. Le Chev.r Pringle dit n’avoir pas entendû1Ce mot est césuré : sa dernière syllabe est écrite à la page suivante. [77 v] d’aucun essay fait avec la Phytolacca, qui produisit du bon succès. Le meme d.r Wedenberg dit qu’il savoit qu’on en avoit fait application (de la Phytolacca) en Suede aussi ; mais sans succès. Le Chev.r Pringle dit que les Poultices ou cataplasmes des carotes, appliquées sur les cancers ouverts, avoient <[... ?]> produit le bon effet d’adoucir l’acrimonie & les douleurs, &a.

J’ai connû assez particulierment ici feu M.r Guy, qui avoit un remede particulier pour les cancers, & qui fit des guerisons parfaites, & extraordinaires. Mais il faut avouer que ce meme remede manqua aussi quelques fois de produire son bon effet. Le Roy de Suede envoya un medecin expressement à Londres, qui s’appelloit <Bierg> Bierchen pour examiner les effets de ce remede, & etudier la practique de l’appliquer. Par ordre du meme Roy il fut fait un agreement ou contract par lequel M.r Guy s’obligeoit de fournir une certaine quantité de ce remede chaque année au dit M.r <Biérchén> Bierchén, en lui paiant 5000£ Esterlines |<à la fois> d’un fois |: ce qui fut executé :| & il le fournit| tandis qu’il vecût. Le d.r Wedenberg me dit hier soir qu’on avoit certainement fait plusieurs cures parfaites des cancers en Suede avec l’application de ce remede. Mais après la mort de M.r Guy, on n’a pas pû obtenir la quantité estipulée de ce remede. Le D.r Gahn, Medecin suedois, est venû ici il y a 4 ou 5 ans à Londres, pour retablir l’observance de ce contract : mais il n’a pû reussir. Car M.de Guy la veuve, avoit fait un nouveau contract avec un autre cirurgien &a. Outre celà le fils ainé du même [78 r] feu M.r Guy se trouvoit alors en France &a. Enfin pour compter ce que Je sçais de cet affaire : Ce M.r Guy fils, est revenû à Londres ; Je le rencontrai il y a 8 ou 10m[ois] [?] [... ?] lui m’invita d’aller le voir, car j’ai eté plusieurs fois e[n] [?] [sa [?]] com[pagnie] du vivant de son Pere, qui frequentoit quelques amateur[s] [de [?]] [su]jets [?] philosophiques, & les invitoit souvent chez lui. Ce2Ce mot aurait dû être barré. Son fils me donna son adresse ; mais lorsque J’allai pour le voir, ce qui fut depuis plusieurs mois, il avoit changé de demeure : & je ne l’ai rencontré depuis, ni sçu de lui. Le d.r Wedenberg me dit hier soir, que le Ministre Envoyé de Suede |à cette cour| avoit ici à Londres ordre de sa Cour pour lui faire un procès, & l’obliger à fournir la quantité estipulée du3Les deux mots qui précèdent sont marqués par un trait sinusoïdal mais leur interversion n’aurait pas de sens. remede par son <[... ?]> pere &a.

Ce sont toutes les informations que J’ai pû obtenir, relatives à l’objet dont vous me parlez : Je seroi enchanté que vous y trouvez quelque chose d’utile : & Je suis avec toute consideration possible

Monsieur Le Marquiz Votre très h.ble & obligé serv.r

Magellan

N.B. M.r Justamond me dit avoir essayé aussi lui même, l’application de l’air fixe ; mais qu’il n’avoit pas eu un si bon succès que M.r Minors. Ainsi vous voiez qu’il n’[y] a pas de remede infaillible pour tous les cas.

[78 v] [Adresse et marques postales]
1
2
3
4
Contenu

Magellan communique les informations qu’il a collectées sur les traitements du cancer dans différents pays européens. La phytolacca, air fixe, Poultices, cataplasmes de carottes présentent des réussites inégales.

2239/3626 results        

                                               

Responsable du projet : Nicolas Rieucau, Laboratoire d'économie dionysien (EA 3391) / Université Paris VIII.
Projet financé par l'Agence Nationale de la Recherche (ANR)
Hébergement du site : TGIR Huma-Num

© 2016 - 2021 Laboratoire d’économie dionysien

Dernière mise à jour: samedi 16 octobre 2021 (20:21) +
Rendu de la page en 0.027s