Crédit photographique : Bibliothèque de l’Institut de France 

ET
3685 réponses

Sélectionner par

• Année
Sans date
1760
1770
1780
1790
→ Aucune sélection

• Marques postales
Non
Oui
→ Aucune sélection

• Type de contenu
Description du papier
Image du filigrane
Transcription
Transcription & papier
→ Aucune sélection

2829/3685 results        
Notice
Identification et lieu de conservation
IDC2871
TitreCONDORCET à Jean François JOLY DE FLEURY - [19 février 1783 ou peu avant] (Paris, Archives de l’Académie des sciences / Procès-verbaux de l'année 1783, séance du 19 février, f. 54-55)
Document de référenceOui
Statut éditorialLettre retenue
Nature du documentCopie
Lieu de conservationParis, Archives de l’Académie des sciences
CoteProcès-verbaux de l'année 1783, séance du 19 février, f. 54-55
Intervention(s)
Expéditeur(s) et destinataire(s)
Surface écritef. 54 r-55 r
Instrument d’écriturePlume trempée dans l’encre noire
Dates
Date indiquée par le scripteur[non]
Datation[19 février 1783 ou peu avant]
Papier et cachet
Description sommaire du papier

2 moitiés de bifeuillets in-2° dans un recueil assemblé en cahiers, vergé azuré, filigrané.

Textes

Ouvrir dans une nouvelle page

Note : copie précédée de la mention : J’ai lû la Lettre suivante pour M De Fleury. (f. 54 r).

Transcription

[54 r] J’ai rendu compte à l’académie de la Lettre que vous m’avés fait l’honneur de m’adresser ; et elle m’a chargé d’avoir celui de vous faire un exposé fidelle de sa conduite, relativement au mémoire de M. Defer. Elle se flatte que cette conduite mieux connûe ne pourra que meriter l’approbation du Roi.

Le mémoire de M. Defer traitte de plusieurs sujets. Un des plus important est l’examen de la méthode de construire des Ponts connûe sous le nom de système des poussées horisontales. C’est une question importante de Statique et de mécanique pratique et l’académie pouvoit et devoit, même en vertu de ses réglements nommer des Commissaires pour l’examiner.

M. Defer cite dans son mémoire plusieurs exemples qui lui paroissent prouver le danger de ce systême des poussées horisontales, et les mouvements qu’il avoit observés dans le Pont de Neuilly sont un de ces exemples. Comme ce Pont a été construit par M. Perronet, membre [54 v] de l’académie, les Commissaires se proposoient suivant l’usâge de le communiquer à cet académicien pour avoir ses réponses aux objections, et dans le cas où ils auroient jugé la visite du Pont nécéssaire, ils ne l’auroient faite qu’après y avoir été autorisés par l’administration.

L’académie désiroit à la vérité qu’un examen qui intéresse la réputation d’un de ses membres fut fait avec l’attention la plus scrupuleuse et M. Perronet désiroit d’avoir l’académie pour juge, et pour examinateurs de son ouvrage des confreres dont il connoît l’equité et les Lumieres.

L’académie n’avoit point à craindre d’exciter des Terreurs dans le public, elle ne pouvoit l’empêcher d’apprendre qu’on avoit dit que le Pont de Neuilly avoit fait quelques mouvements depuis sa construction. Et elle devoit croire qu’il seroit plus rassuré qu’inquiété, en apprenant qu’une compagnie qui a quelques droits à la confiance publique par les efforts qu’elle fait pour la mériter avoit nommé des Commissaires pour examiner les principes sur lesquels le Pont de Neuilly avoit été construit.

Vous voyés par cet exposé, Monsieur, que l’académie a été bien loin de prétendre à un droit d’inspection sur les ouvrages publics, qu’elle s’est renfermée exactement dans les fonctions que ses réglements lui attribuent, qu’enfin elle a fait tout ce qui dépendoit d’elle pour calmer les inquiétudes du public.

[55 r] Vous avés désiré, Monsieur, que le mémoire de M. Defer fût remis entre vos mains. L’académie est dans l’usâge de ne remettre qu’aux Auteurs mêmes, les ouvrages qui lui ont été confiés et seulement dans quelques circonstances ; c’est en partie à cet usâge invariablement observé qu’elle doit la confiance de ceux qui lui présentent des découvertes ou des travaux utiles ; confiance qui l’honore et que l’utilité publique demande qu’elle conserve sans aucune atteinte. D’ailleurs comme ce qui regarde le Pont de Neuilly ne forme qu’une petite partie du Mémoire de M. Defer, l’académie desireroit connoître si c’est le mémoire en entier ou seulement cette partie dont vous lui demandés la communication ; et elle m’a permis lorsque vous aurés bien voulu me faire savoir vos intentions d’avoir l’honneur de vous addresser une copie certifiée, soit du mémoire en entier, soit des observations faites sur le Pont de Neuilly.

J’ai l’honneur d’être &a.

1
2
3
4
Contenu

A lu à l’Ads [le 15 février] sa lettre [du 14 février, cf. IDC 2870] sur le mémoire de Defer [de La Nouerre] concernant le pont de Neuilly. L’Ads estime qu’elle est en droit d’examiner ce mémoire compte tenu de sa nature relativement technique, mais aussi parce que Defer de La Nouerre y critique le constructeur du pont de Neuilly, Perronet, alors que ce dernier est justement membre de l’Ads. Ce pont ayant déjà bougé, le public sera « plus rassuré qu’inquiété » lorsqu’il apprendra que l’Ads en fera l’expertise, contrairement à ce pense Joly de Fleury. Ce dernier a demandé dans sa lettre l’envoi du mémoire de Defer de La Nouerre mais ce mémoire ne porte en réalité que très partiellement sur le pont de Neuilly. L’Ads consent à lui en adresser une copie mais souhaite donc savoir si elle doit être intégrale.

2829/3685 results        

                                       

               

Responsable du projet : Nicolas Rieucau, Laboratoire d'économie dionysien (EA 3391) / Université Paris VIII.
Projet financé par l'Agence Nationale de la Recherche (ANR)
Hébergement du site : TGIR Huma-Num

© 2016 - 2021 Laboratoire d’économie dionysien

Dernière mise à jour: jeudi 11 août 2022 (12:26) +
Rendu de la page en 0.087s