Crédit photographique : Bibliothèque de l’Institut de France 

ET
3640 réponses

Sélectionner par

• Année
Sans date
1760
1770
1780
1790
→ Aucune sélection

• Marques postales
Non
Oui
→ Aucune sélection

• Type de contenu
Description du papier
Image du filigrane
Transcription
Transcription & papier
→ Aucune sélection

344/3640 results        
Notice
Identification et lieu de conservation
IDC344
TitreCONDORCET à Louis Bernard GUYTON DE MORVEAU - [peu après le 21 avril 1773] (Localisation inconnue)
Document de référenceOui
Statut éditorialLettre retenue
Nature du documentOriginal
Lieu de conservationLocalisation inconnue
Intervention(s)
Expéditeur(s) et destinataire(s)
Scripteur(s)
Instrument d’écriturePlume trempée dans l’encre noire
Signature de CondorcetLe Marquis de Condorcet
Signature(s) (hormis Condorcet)Non
Dates
Date indiquée par le scripteur[non]
Datation[peu après le 21 avril 1773]
Travail de datation achevéOui
Note(s) dates

Condorcet évoque au début de sa lettre la lecture récente par Lavoisier, lors d’une séance de rentrée de l’Académie des sciences, du mémoire « Sur une nouvelle théorie de la calcination des métaux ». Ce mémoire a été élu lors de la séance du 21 avril 1773, comme l’atteste l’un des Plumitifs, de la main de Grandjean de Fouchy, à cette date. La lettre de Condorcet a donc manifestement été écrite peu de temps après le 21 avril 1773.

Ce mémoire non daté « Sur une nouvelle théorie de la calcination des métaux » a été publié par R. Fric (1959, p. 155-162).

 

« M. Lavoisier a lu un mémoire sur une nouvelle theorie de la calcination des matières metalliques. ». L’autre Plumitif de Fouchy et les Procès-verbaux (PV AdS 1773, f. 90r) indiquent seulement : « M. Lavoisier a lu l’écrit suivant ».

Lieux
Lieu d'écriture indiqué par le scripteurrue de Louis le Grand
Lieu d'écriture rétabli ou normaliséParis, rue de Louis le Grand
Lieu d'écriture indexé
Lieu de destination indexé
AdresseA Monsieur Monsieur de Morveau procureur général au Parlement de Dijon A Dijon [trait tiré]
Marques postales
Marques postalesOui
Pliage d’expéditionPli cacheté
Tarif postal8
Sousoui
Unité de compte étrangère-
Marque du bureau d’expéditionP [couronné] (couleur non déterminée)
Bureau d'expédition indexé
Levée[néant]
Papier et cachet
Cachet de cire[oui]
Couleur de la cire[non déterminée]
Référence(s)
Catalogue(s) de vente
Edition(s)

A. B. Granville (1817, p. 274-275) ; publication partielle.

Textes
Incipit

J’ai recu votre lettre, Monsieur, avec la dissertation qui y etait jointe

Ouvrir dans une nouvelle page

Transcription

[1 r] J’ai recu votre lettre, Monsieur, avec la dissertation qui y etait jointe. Je ne suis pas assez instruit pour juger entre vous et Mr Roux. M. Lavoisier nous a lu à notre rentrée un mémoire <qui> où il assigne une autre cause a l’augmentation de poids des métaux calcinés ; c’est selon lui l’air qui s’unit au metal pendant la calcination. Pendant la reduction cet air s’en separe et il cesse d’être chaux. M. Lavoisier a reellement calciné et reduit par le moyen d’un verre ardent des metaux placès sous une cloche et ils ont absorbè de l’air pendant la calcination, de même qu’ils en ont rendu pendant la réduction. <C> Selon vous l’augmentation de poids serait due à l’excès de la pesanteur de <Phl> l’air sur celle de Phlogistique mais cet excès de pesanteur etant moindre que si le Phlogistique n’en avait aucune et l’augmentation |de poids| au contraire etant plus grande que si on avait ajouté au metal un volume d’air egal à sa totalité, il faut necessairement que l’air qui prend [1 v] la place du Phlogistique soit plus dense que celui de l’atmosphere ce qu’on peut supposer de cet air principe des corps ou air fixè. M. Lavoisier parait regarder cet air come <la seule> faisant toute la difference qu’il y a entre une chaux metallique et un métal, et ne pas regarder la presence du Phlogistique come necessaire à l’etat metallique. Cette assertion ne1 paraît avoir besoin d’ètre prouvée par des experiences bien précises car s’il y a quelque chose de demontre en chimie, il semble que ce <doive [?]> doit étre la Theorie du Phlogistique.

Les experiences des Anglais sur l’air fixé, l’esperance d’en tirer des remedes specifiques pour les maladies putrides ont tourné toutes les vues des chimistes vers cet objet. Il |me| semble que l’air <soit pret> fixé va devenir un nouveau principe des corps et qu’il tiendra dans les Theories chimiques autant de place pour le moins que le Phlogistique de Stal ! Cependant jusqu’ici, Excepte [2 r] l’analyse de la chaux qu’on doné Macbride et Balk2 il n’y a eu rien sur cet objet qui conduise à des resultats surs et précis.

Je voudrais bien que vous examinassiez cette <application> explication de l’augmentation de poids par la combinaison de la terre metallique avec l’air. Vos experiences sur cette augmentation sont si bien faites, si concluantes sur l’existence de ce Phenomêne que persone ne saura mieux dissiper les nuages qui peuvent rester sur sa cause.

Recevez, je vous prie, mes remercimens, et comptez Monsieur, sur le respectueux attachement que je vous ai voué pour la vie.

Le Marquis de Condorcet

rue de Louis le Grand.

[2 v] [Adresse, marques postales et cachet]
1
2
3
4
344/3640 results        

                                               

Responsable du projet : Nicolas Rieucau, Laboratoire d'économie dionysien (EA 3391) / Université Paris VIII.
Projet financé par l'Agence Nationale de la Recherche (ANR)
Hébergement du site : TGIR Huma-Num

© 2016 - 2021 Laboratoire d’économie dionysien

Dernière mise à jour: mercredi 1 décembre 2021 (18:25) +
Rendu de la page en 0.033s