Crédit photographique : Bibliothèque de l’Institut de France 

ET
3703 réponses

Sélectionner par

• Année
Sans date
1760
1770
1780
1790
→ Aucune sélection

• Marques postales
Non
Oui
→ Aucune sélection

• Type de contenu
Description du papier
Image du filigrane
Transcription
Transcription & papier
→ Aucune sélection

401/3703 results        
Notice
Identification et lieu de conservation
IDC401
TitreUn correspondant non identifié à CONDORCET - [19 avril 1792 ?] (Paris, Bibliothèque de l’Institut de France / Ms 868, f. 109-110)
Document de référenceOui
Statut éditorialLettre retenue
Nature du documentOriginal
Lieu de conservationParis, Bibliothèque de l’Institut de France
CoteMs 868, f. 109-110
Intervention(s)
Expéditeur(s) et destinataire(s)
Instrument d’écriturePlume trempée dans l’encre noire
Dates
Date indiquée par le scripteur[non]
Datation[19 avril 1792 ?]
Note(s) dates

Le correspondant annonce à C. qu’il lui rendra visite à Auteuil, où C. a un appartement à partir de début 1792. Par ailleurs, le correspondant indique que C. fera un rapport le lendemain matin. S’agit-il de son fameux rapport sur l’instruction publique, prononcé à partir du 20 avril 1792 au matin. Un autre rapport, sur le projet de constitution, a été prononcé par C. le 15 février 1793 mais ce n’était pas le matin. Je ne crois pas que C. a lu d’autre rapport à l’Assemblée nationale en 1792-1793 mais il faudrait s’en assurer. Jusqu’à preuve du contraire cette lettre date donc 19 avril 1792.

Papier et cachet
Description sommaire du papier

Bifeuillet in-4°, vergé azuré, filigrané.

Textes
Incipit

Vous ne pouvés avoir avant demain matin, l'Etat dont il s'agit

Ouvrir dans une nouvelle page

Transcription

[109 r] Vous ne pourrés avoir avant demain matin, l’Etat dont il s’agit. Encore sera t’il bien incomplet. On remplira les lacunes par des observations qui mettront le Comité à portée de se procurer les Renseignemens par d’autres voies.

Lerminat [?] me disait qu’il augmenterait votre état d’une somme Considerable. Quand un officier mourait, on donnait une gratiffication à la1Lire sa ? Veuve pour les premières depenses d’education de son enfant ; on en donnait même souvent à Chaque enfant pour les aider à s’élever et à s’avancer ; ces [109 v] pensions, <[... ?]> ils les recevaient toute leur vie ; il y <à> a tél maréchal de France qui a reçu <pe> à quatre-vingts ans sa pension d’enfant. |Lerminat [?] considere tout cela comme depense d’êducation et l’evalue [à] 4. Millions.|

M. Cardot me dit que vous faites votre rapport demain matin ; dans ce cas je tacherai de vous faire tenir2Lire venir ? l’Etat ce soir. Bonjour, Monsieur, J’espère vous joindre à Auteuil quelquun de ces jours.

[110 r vierge] [110 v] [Adresse]
1
2
3
4
Contenu

Annonce à  C. qu’il recevra l’état relatif à sa pension d’orphelin le lendemain au soir, après avoir prononcé [à l’Assemblée nationale] son « [R]apport » [et projet de décret sur l’organisation générale de l’instruction publique].

401/3703 results        

                                       

               

Responsable du projet : Nicolas Rieucau, Laboratoire d'économie dionysien (EA 3391) / Université Paris VIII.
Projet financé par l'Agence Nationale de la Recherche (ANR)
Hébergement du site : TGIR Huma-Num

© 2016 - 2021 Laboratoire d’économie dionysien

Dernière mise à jour: lundi 30 janvier 2023 (08:31) +
Rendu de la page en 0.065s