Crédit photographique : Bibliothèque de l’Institut de France 

ET
3572 réponses

Sélectionner par

• Année
Sans date
1760
1770
1780
1790
→ Aucune sélection

• Marques postales
Non
Oui
→ Aucune sélection

• Type de contenu
Description du papier
Image du filigrane
Transcription
Transcription & papier
→ Aucune sélection

652/3572 results        
Notice
Identification et lieu de conservation
IDC652
TitreNicolas DEFER DE LA NOUERRE à CONDORCET - 1er juillet 1783 (Paris, Archives de l’Académie des sciences / pochette de la séance du 2 juillet 1783)
Datation1er juillet 1783
Lieu de conservationParis, Archives de l’Académie des sciences
Cotepochette de la séance du 2 juillet 1783
Intervention
Expéditeur(s) et destinataire(s)
Lieux
Lieu d'écriture indiqué par le scripteurParis
Lieu d'écriture rétabli ou normaliséParis
Lieu d'écriture indexé
Lieu de destination rétabli ou normaliséParis
Lieu de destination indexé
Papier et cachet
Description sommaire du papier

Bifeuillet in-4°, vergé azuré, filigrané + copie sur un bifeuillet in-4°, vergé azuré, filigrané

Référence(s)

Ouvrir dans une nouvelle page

Adresse : M. le Marquis de Condorcet secretaire perpetuel de l’academïe des sciences. (f. 1 r, en bas).

Inscriptions allographes et au crayon au f. 1 r :

  • d’une main inconnue, effacé : <29> 2 juillet 1783 [trait tiré] (en haut à gauche), [... ?] (en haut au milieu), Perronet [?] (en haut à droite) ;
  • de la main de S. Gallot : L - [i. e. Lettre] Reclamation à propos ouvrage PERRONET sur Ponts [trait en dessous], de FER [trait en dessous].

Note sur la transcription : les î sont systématiquement écrits par De Fer avec un point sous l’accent circonflexe.

Transcription

[1 r] Paris 1.er juillet 1783.

Monsieur le Marquis.

Il vient de paroître un livre approuvé par l’academïe des sciences. Ce livre contient en deux g.os volumes in folio la description de plusieurs ponts executés, et des projets du Canal de Bourgogne par Dijon, et de la riv. d’Yvette. Je n’entrerai point dans le detail de [ce] que cet ouvrage renferme d’interessant mais les deux dernieres pages du deuxieme volume contenant quelques reflexions sur deux memoires que j’ai lû à l’academïe, j’ai cru devoir observer à cette compagnïe qu’il pourra peut être paroître extraordinaire qu’elle ait donné son aveu [sic] aux reflexions inserées dans ces deux pages, puis qu’elle est interessée à soutenir le rapport favorable qu’elle a bien voulu faire sur l’un de ces memoires, et que n’ayant pu porter de jugement sur le dernier, puis que je n’ai pas eté assés heureux pour qu’il me fût permis de la conserver pour juge, il etoit simple que ce memoire resta oublié. Cependant M. Perronet attaché à des opinions qui m’ont paru hazardées, n’a point craint d’avançer qu’il avoit prouvé qu’avec une somme de cent quatre vingt livres, on pourra reparer le dommage arrivé au pont dont j’ai voulu parler, dommage ajoute cet habile ingénieur, que j’ai presenté comme assés considerable pour meriter de fixer l’attention. En effet si l’academïe a autorisé cette derniere assertion de M. Perronet, c’est avouer facilement que mon memoire ne meritoit aucune attention. Or il est possible que ce soit l’opinion de l’academïe mais il est rare et peut être inoui, qu’un corps prenne un party aussi desagreable contre un auteur qui vient plein de confiance deposer dans son sein ses doutes, et le sujet de ses meditations ; Et n’est il pas à craindre qu’on observe à M. Perronet que si par la somme de 180lt, il n’entend parler que de la quantité de mortier qui est necessaire pour boucher les joints qui se sont ouverts, et les lezardes qui se font essentiellement remarquer dans les timpans de la derniere arche de ce pont, attenant la culée, et dans l’un des murs d’épaulement de la même culée, il n’aye evalué beaucoup trop haut cette même somme. Je prie l’academïe de vouloir bien regarder cette lettre comme une denonciation que je lui fais de ce qui est à reprendre dans l’ouvrage de M. Perronet dont j’ai inutilement cherché le certificat d’approbation de l’academïe dans l’exenplaire [sic] que je me suis procuré ; et qui vraisemblablement a eté omis à l’impression ; afin que le public ne puisse ignorer que lors que j’ai parlé du pont celebre dans le quel j’ai cru remarquer depuis plus de huit années consecutives, des mouvements dont j’aurois eté satisfait d’apprendre la cause, [1 v] si ce n’est pas celle que j’ai annonçée, j’ai eu intention de faire connoître le danger d’etablir les poussées horizontales dans les monuments publics ; Cette question etans assés importante pour meriter d’être discutée avec soin. D’ailleurs cette lettre ne serviroit elle qu’à engager M. Perronet à publier le memoire qu’il dit avoir remis à M. de la Millierre le 8 Mars 1783 dans le quel il expose vraisemblablement les raisons qui l’ont portées à n’avouer que les mouvements des murs en aile du pont de Neuilly, et à faire au contraire ceux de la culée, c’est une nouvelle obligation que m’aura ce celebre artiste de lui avoir donné occasion d’exposer de nouveau combien ses grands travaux lui assurent le suffrage de la Nation, suffrage que j’ai toujours eté plus que tout autre, disposé à lui donner, même au moment ou j’ai osé combattre ses opinions <luxueuses> ; confessant hautement que je suis dans la persuasion que la magnificence dans les monuments publics du genre de ceux dont M. Perronet a illustré sa carriere, c’est à dire dont l’utilité est le seul but, est un mot qu’il faudroit à jamais bannir ces monuments etant toujours assés dispendieux, sans qu’on y ajoute un supperflu qui rend souvent ou leur execution impossible, ou qui empêche l’execution de plusieurs autres egalement importants.

J’ai lhonneur de vous prier, Monsieur le Marquis, de vouloir bien lire cette lettre dans la prochaine assemblée de l’academïe, en lui repetant mon zele, et mon entier devouement ; et de me faire part de sa decision.

Je joins icy la copie des deux dernieres pages du deuxieme volume de l’ouvrage de M. Perronet lorsque l’academïe en aura pris lecture, je la prierai de vouloir bien se rappeler que par mon projet de l’Yvette, independamment de l’aqueduc de Tourvoye, je supprime encore l’exhaussement de l’aqueduc d’Arceüil, ouvrages estimés au detail de M. Peronnet près d’un million, et que je remplaçe ces deux aqueducs par un autre aqueduc pour passer le vallon de la Bievre dont la depense reviendrait au plus à 40 milles livres. Je la supplie egalement d’observer que je n’ai jamais parlé du produit des eaux, et qu’enfin lapprobation conditionelle quelle m’a donnée ne tombe que sur la maniere dont j’ai proposé de faire le revêtissement de la rigole en maçonerie, manière dont je connois plusieurs [2 r] exemples, et qui presente une gde economïe. Ce revêtissement ne devant au surplus être executé que dans le cas ou il y auroit effectivement à craindre que les filtrations n’absorbassent une gde partie des eaux. Jajouterai que je n’ai jamais eu l’intention de supprimer les filtres.

J’ai l’honneur d’être avec la plus respectueuse consideration Monsieur le Marquis, Votre très humble et très obeissant serviteur.

De fer

[2 v vierge]

[Pièce jointe : Copie des deux dernieres pages du deuxieme volume de l’ouvrage de M. Perronet. [Transcrite ici d’après le manuscrit et non l’imprimé.]]

[Ci-dessous variantes de l’imprimé en bas de page, hormis celles / ponctuation et majuscules]

[1 r] Pendant que l’on achevoit d’imprimer cet ouvrage, il a eté proposé par M. De Fer de construire1Imprimé : il a été proposé, par M. Defer, Sous-Ingénieur des Ponts & Chaussées, de construire. le canal de l’Yvette d’une maniere plus economique, en annonçant que la depense se trouveroit reduite à moins d’un Million, et que le produit pour l’eau qui seroit vendüe egaleroit environ cette somme par année, ce qui lui a donné des partisans, et même l’approbation de l’academïe2Imprimé : de l’Académie des Sciences. quoique conditionelle à differents egards.

Ce projet consiste principalement à conduire l’eau par des rigoles en terre aulieu d’être maçonnées, à supprimer l’aqueduc de Tourvoye au quel il substitüe3Imprimé : auquel on substitue. un autre aqueduc moins elevé, et à peu prés de pareille longueur pour traverser la vallée de la Bievre, d’où l’on doit passer par un canal souterrain, en traversant des buttes qui se trouvent du côté de Sceaux pour arriver à peu prés à l’endroit ou devoit être etabli le chateau d’eau.

Ce n’est pas à moy à decider si ce projet est fait d’une maniere assés solide et convenable à la dignité4Imprimé : pour la dignité. d’un monument aussi important que l’est celui de donner de l’eau abondammant5Imprimé : de conduire abondamment de l’eau. à la capitale du Royaume, et dans les quartiers les plus elevés. Mais on me permettra de craindre jusqu’à l’execution que l’on dit être trés prochaine6Imprimé : jusqu’après l’exécution que l’on dit être prochaine. puisque l’auteur ne demande que 5 mois pour conduire cette eau à Paris, qu’elle ne se perde en gde partie dans les sables que la rigole parcourera7Imprimé : parcourra., et les anciennes carrieres qui sont souillées en nombre d’endroits, et même inconnües dans cette partie du dehors de Paris. On doit aussi craindre que les plantes aquatiques qui croîtront dans le canal decouvert, et les depots de vases qui s’y feront ne puissent faire perdre la qualité salubre de l’eau, surtout etant privée des filtres que l’on devoit etablir frequemment, d’après le premier projet pour la purifier dans le [1 v] canal decouvert.

Le même M. De Fer a aussi lu à l’academïe des sciences un memoire contre la solidité du pont de Neuilly : mais ce monument qui a merité l’approbation des artistes les plus celebres de differentes nations ayant eté examiné scrupuleusement par les personnes les plus instruites dans ce genre de construction, ils n’ont reconnu que des fractures8Imprimé : fractions. et lezardes arrivées à l’un des 4 murs d’epaulement, et des rampes qui commencent9Imprimé : d’épaulemens & de rampes, qui commence. à 30 pieds en retour d’Equerre de la culée du Pont, parce que ces murs n’ont pas eté fondés sur Pilotis comme l’a eté ce pont. La reparation ne doit en revenir qu’a cent quatre vingt livres. Ce petit evenement n’interesse en rien la solidité de l’ouvrage, ainsi que je l’ai fait connoître <dans un memoire> d’une maniere incontestable par mon memoire en datte du 8 Mars 1783 qui a eté remis à M. de la Millierre Intendant des Ponts et chaussées.

[Pièce de la main de Condorcet]

[1 r] Que les deux pages sur lesquelles porte la réclamation de M. de Fer n’ayant point été comprises dans l’ouvrage presenté <a [?]> par M. Perronnet10Il ne s’agit pas de l’exemplaire imprimé détenu par l’Académie des sciences et aujourd’hui déposé à la Bibliothèque de l’Institut de France (Fol N 135 hors rang 6e étage) puisque les pages en question figurent dans le t. 2, p. 153-154. et approuvé par l’academie, cette compagnie n’a rien a prononcer sur ce qu’elles contiennent.

[1 v vierge]
Contenu

Perronet a critiqué deux de ses mémoires, l’un sur la construction du Canal de l’Yvette, l’autre où figurait notamment une mise en cause de la solidité du pont de Neuilly. Cette critique de Perronet, dont De Fer joint une copie, a été publiée à la fin du volume 2 de son ouvrage [Description des projets et de la construction des ponts de Neuilly, de Mantes, d'Orléans et autres, du projet du canal de Bourgogne pour la communication des deux mers par Dijon et de celui de la conduite des eaux de l'Yvette et de Bièvre à Paris, Paris, Imprimerie royale, 1782-1783]. L’ouvrage de Perronet a été approuvé par l’AdS, bien que De Fer ait « inutilement cherché le certificat d’approbation » de celui-ci dans l’exemplaire qu’il a eu en main. Souhaite que Perronet lui réponde en détail au sujet du pont de Neuilly, et ne se contente pas d’affirmer, comme il le fait dans son ouvrage, qu’il suffirait d’engager une dépense de 180 livres (au demeurant surrévaluée selon De Fer) pour réparer ce pont. Donne des précisions sur son projet de construction du Canal de l’Yvette qui a reçu l’approbation conditionnelle de l’AdS, et dont, par conséquent, « il pourra peut être paroître extraordinaire » que l’AdS approuve aussi la critique que Perronet en a faite.

652/3572 results        

                               

Responsable du projet : Nicolas Rieucau. Université Paris VIII.
Projet financé par l'Agence Nationale de la Recherche (ANR)
Hébergement du site : TGIR Huma-Num

© 2016 - 2020 Laboratoire d’économie dionysien

Dernière mise à jour: samedi 28 novembre 2020 (20:55) +
Rendu de la page en 0.036s