Crédit photographique : Bibliothèque de l’Institut de France 

ET
3626 réponses

Sélectionner par

• Année
Sans date
1760
1770
1780
1790
→ Aucune sélection

• Marques postales
Non
Oui
→ Aucune sélection

• Type de contenu
Description du papier
Image du filigrane
Transcription
Transcription & papier
→ Aucune sélection

713/3626 results        
Notice
Identification et lieu de conservation
IDC715
TitreAndré Antoine TOUCHY à CONDORCET - 14 juin 1784 (Paris, Archives de l’Académie des sciences / pochette de la séance du 16 juin 1784)
Nature du documentOriginal
Lieu de conservationParis, Archives de l’Académie des sciences
Cotepochette de la séance du 16 juin 1784
Intervention(s)
Expéditeur(s) et destinataire(s)
Instrument d’écriturePlume trempée dans l’encre noire
Dates
Date indiquée par le scripteur14. juin 1784
Datation14 juin 1784
Travail de datation achevéOui
Lieux
Lieu d'écriture indiqué par le scripteurMontpellier
Lieu d'écriture rétabli ou normaliséMontpellier
Lieu d'écriture indexé
Lieu de destination rétabli ou normaliséParis
Lieu de destination indexé
Papier et cachet
Description sommaire du papier

Bifeuillet in-4°, vergé légèrement azuré, filigrané

Textes
Incipit

M.r de Ratte me fait part de la lettre qu’il a reçue de vous au sujet de mon mémoire sur la voix des oiseaux

Ouvrir dans une nouvelle page

Transcription

[1 r] Monsieur le Marquis

Mr de Ratte ma fait part de la lettre quil a recu de vous au sujet de mon memoire sur la voix des oiseaux. Cest le premier travail que je presente en ce genre, et je ne crois certainement pas quil soit exempt de deffauts ; mais je ne lavois pas cru denué de faits et d’observations personnelles et jen <jugois> jugois par la compilation de mon journal que jai sous les yeux et ou jai pris les materiaux de ce memoire. Jai vu par moi meme touttes les choses dont je donne lassertion. Ce meritte, celui de lobservation personnelle, est celui que je cherche a me donner et dans cette vue jecris tous les jours depuis plusieurs années tout ce que mes recherches me presentent en histoire naturelle. Je ne dois pas penser que m.rs les commissaires que lacademie des sciences a bien voulu me donner eussent preferé la compilation seche et ennuyeuse de mon journal que jai redigée, et qu’un stylle plus soigné soit un deffaut lorsquon ecrit en histoire naturelle et lorsquon ecrit apres [1 v] monsieur de Buffon. Vous ne consentiriés pas vous meme monsieur a otter aux sciences cette partie d’agrément et d’utillité, et a retrancher de votre stylle ce genre dexpressions qui transmet exactement les idées, et l’interest que presentent les objets. Celui quon prent a etudier la nature dans elle meme ne doit il pas etre conservé dans les ouvrages de ce genre, et lhistorien sera-t-il fidelle sil est froid et maussade dans cette partie des sciences qui est la partie dagrément, de plaisir, et de luxe des connoissances humaines.

Je vous prie monsieur de permettre que je ne retire pas mon memoire, et je vous demande instamment dengager messieurs les commissaires a me donner leurs observations détaillées sur cet ecrit telles quils pourroint [sic] les faire a un eleve attentif et docille dont ils voudroint [sic] regler le travail et fixer les idées. Veuillés bien monsieur leur engager tout mon dévoument et toute ma reconnoissance. Je nai pas lhonneur de les connoittre. Javois ecrit a Mr d’Aubanton imaginant quil seroit mon juge. Je n’en ai pas eu de reponse. Je travaille a un asses grand ouvrage sur lhistoire des oiseaux [2 r] du Languedoc ; il mest important de determiner dapres des opinions respectables quelles doivent etre lexposition des faits que jobserve et la manierre den traitter lensemble et ce motif mengage a sollicitter par votre moyen avec instance aupres de messieurs les commissaires cette critique détaillée qui renferme lapprobation <et> ou la censure de chaque objet en particulier. Une assertion generalle et vague ne peut donner que des pensées incertaines et ne presente point de regle sure pour diriger sur des choses deja faittes leponge qu’on y traine a regret et pour dispenser dy avoir recours a lavenir.

Jai lhonneur detre avec respect Monsieur le marquis Votre tres humble et très obeissant serviteur.

Touchy1Signature suivie de deux points entre deux traits parallèles obliques.
ecuyer, fauxbrg St Guillem

Montpellier, 14. juin 1784.

[2 v vierge]
1
2
3
4
713/3626 results        

                               

Responsable du projet : Nicolas Rieucau. Université Paris VIII.
Projet financé par l'Agence Nationale de la Recherche (ANR)
Hébergement du site : TGIR Huma-Num

© 2016 - 2021 Laboratoire d’économie dionysien

Dernière mise à jour: lundi 20 septembre 2021 (17:52) +
Rendu de la page en 0.033s