Crédit photographique : Bibliothèque de l’Institut de France 

ET
3703 réponses

Sélectionner par

• Année
Sans date
1760
1770
1780
1790
→ Aucune sélection

• Marques postales
Non
Oui
→ Aucune sélection

• Type de contenu
Description du papier
Image du filigrane
Transcription
Transcription & papier
→ Aucune sélection

1758/3703 results        
Notice
Identification et lieu de conservation
IDC1760
TitreJulie Jeanne Eleonore DE LESPINASSE à CONDORCET - [mai 1775] (Paris, collection particulière)
Document de référenceOui
Statut éditorialLettre retenue
Nature du documentOriginal
Lieu de conservationParis, collection particulière
Intervention(s)
Expéditeur(s) et destinataire(s)
Instrument d’écriturePlume trempée dans l’encre noire
Dates
Date indiquée par le scripteurCe mercredi au soir
Datation[mai 1775]
Lieux
Lieu d'écriture indiqué par le scripteur[néant]
Lieu d'écriture rétabli ou normalisé[Paris]
Lieu d'écriture indexé
Lieu de destination indexé
Adresse

« A Monsieur

Monsieur le marquis de Condorcet

a Ribemont

par S.t Quentin Picardie » (f. 2 v).

Note(s) lieu(x)

Le tarif postal permet de supposer que la lettre est envoyée depuis Paris.

Marques postales
Marques postalesOui
Pliage d’expéditionPli cacheté
Tarif postal6
Sousoui
Unité de compte étrangère-
Marque du bureau d’expédition[néant]
Papier et cachet
Description sommaire du papier

Bifeuillet in-4°, vergé écru, filigrané.

Cachet de cirebrisé
Couleur de la cirerouge
Pièce(s) jointe(s) ou liée(s)
Lettre(s) « de » ou « à » Condorcet
Référence(s)
Imprimé(s)
Catalogue(s) de vente
Textes
Incipit

Mon Dieu ! Que je vous trouverais heureux d’avoir quitté Paris

Ouvrir dans une nouvelle page

Transcription

[1 r] Ce mercredi au soir

Mon dieu que je vous trouverois heureux d’avoir quité Paris, si en vous en eloignant vous aviés pu vous separer des pensées et des affections qui troublent votre vie, mais le mal est partout ; et la nature qui vous a doüé d’un grand talent, c’est a dire d’un grand remede pour cette maladie qui s’appelle la vie, vous a donné en même tems une ame active et sensible qui vous detourne et vous enléve a votre talent et qui vous fait sentir et partager les maux de tout ce que vous aimés ; ho ! Il ny a point de repos pour une ame aimante et animée de l’amour du bien, c’est bien certainement la passion la plus malheureuse que puisse avoir un homme en place, et cela ne vous est que trop prouvé ; notre ami [1 v] en sera la victime ; on vous aura mandé tous les troubles de ces jours ci ; on vous aura dit que les revoltes etoient annonçoient [sic] et qu’elles ont eu lieu comme si elles avoient ete imprevues. Notre ami est resté calme dans l’orage, son courage et sa bonne tête ne l’ont point abandonné, il a passé les jours et les nuits a travailler, mais je <meurs de [?]> meurs de peurs [sic] que sa sante ne sucombe a d’aussi violentes secousses : pour moi qui <n’est [?]> n’ai ni son courage, ni ses vertus, je me sens penetrée de tristesse et de terreur ; je crois tout ce que je crains, et je ne pense qu’avec effroi a l’avenir. Le roi a montré dans toute cette affaire beaucoup de sagesse, de bonté et de fermeté. Il a ecrit hier deux lettres a Mr Turgot qui font grand honneur [2 r] a son ame et a son bon esprit ; n’est il pas desolant de voir qu’avec un roi qui veut le bien et un ministre qui en a la passion, ce soit le mal qui se fasse et que la grande partie du public ne veuille que le mal ; oui l’ambassadeur a raison, nous sommes en general de grandes canailles. Bon Condorcet mettés de la moderation dans le ton et une grande force dans les choses : c’est la cause de la raison et de l’humanité que vous deffendés. Gardés vous donc d’employer ce moyen si commun et si foible de dire des injures ; la matiere que vous traités n’est pas suceptible de plaisanteries, ainsi il faut que ce soit la raison et la vertu qui combatent la mechancete1Le manque de place sur la page explique vraisemblablement la non-accentuation de la dernière lettre de ce mot. et l’ignorance ; enfin bon Condorcet ecrivés d’après vos lumieres et d’après votre ame honête et elevée et vous ne nous laisserés rien a desirer. Adieu.

[2 v] Mr d Alembert vous embrasse tendrement.

[Sur l’autre moitié de la page : Adresse et marques postales]

1
2
3
4
1758/3703 results        

                                       

               

Responsable du projet : Nicolas Rieucau, Laboratoire d'économie dionysien (EA 3391) / Université Paris VIII.
Projet financé par l'Agence Nationale de la Recherche (ANR)
Hébergement du site : TGIR Huma-Num

© 2016 - 2021 Laboratoire d’économie dionysien

Dernière mise à jour: mardi 31 janvier 2023 (16:33) +
Rendu de la page en 0.1s