Crédit photographique : Bibliothèque de l’Institut de France 

ET
3692 réponses

Sélectionner par

• Année
Sans date
1760
1770
1780
1790
→ Aucune sélection

• Marques postales
Non
Oui
→ Aucune sélection

• Type de contenu
Description du papier
Image du filigrane
Transcription
Transcription & papier
→ Aucune sélection

1766/3692 results        
Notice
Identification et lieu de conservation
IDC1769
TitreJulie Jeanne Eleonore DE LESPINASSE à CONDORCET - 28 septembre [1775] (Localisation inconnue / -)
Document de référenceOui
Statut éditorialLettre retenue
Nature du documentOriginal
Lieu de conservationLocalisation inconnue
Cote-
Intervention(s)
Expéditeur(s) et destinataire(s)
Instrument d’écriturePlume trempée dans l’encre noire
Dates
Date indiquée par le scripteurCe jeudi au soir, 28 septembre
Datation28 septembre [1775]
Pièce(s) jointe(s) ou liée(s)
Lettre(s) « de » ou « à » Condorcet
Référence(s)
Imprimé(s)
Catalogue(s) de vente
Textes

Ouvrir dans une nouvelle page

Transcription

[1 r] ce jeudi au soir 28 7bre

M.r Mde S.t Chamans et moi, nous avons ete, a trois heures, faire une visite a votre campagne ; j’ai ete enchantée de sa situation, il n’y a rien de si gai, de si varié, ni d’aussi agreable ; le jardin est vraiment beau, et quand il sera cultivé, il y aura du fruit excelent, et en grande abondance ; j’y ai cueilli une figue et un grain de raisin muscat, et je doute que celui de Fontoinebleau, si vanté, soit aussi bon ; mais je vous demande a genoux de laisser ces beaux arbres debouts ; ils sont non seulement agreables, mais ils sont necessaires, il seroit trop incomode d’aller gagner la seconde terrasse, sil n’y avoit pas d’arbre dans la premiere ; d’ailleurs savés vous bien que tant de meurtre ne vous vaudroit que 50 louïs. Cest le dernier mot de ceux qui savent estimer ces choses là ; ha ! Bon [1 v] Condorcet ne vous rendés pas si coupable pour si peu d’argent. Il faut au moins que vous disies comme cette reine, vous m’en diries tant. A l’egard de la maison, elle est en bien mauvais etat, et il faudra bien des portes et des fenêtres pour la rendre habitable en hiver ; d’ailleurs l’on dit quil faut refaire des plafonds ; en ce cas il est incroyable que vous vouliés risquer que Mde votre mere l’habite cet hiver ; cela est d’un danger qu’il y a de la folie a braver ; vous ne vous consoleriés jamais, si elle devoit a ce deplacement des infirmites qui lui rendroient la vieillesse insuportable. Bon Condorcet ne mettes ni impatience, ni precipitation a cet etablissement, donnés vous le tems de faire faire les reparations d’absolues [sic] necessite ; les platres, les peint[u]res tout cela a besoin de tems ; de plus vos parents arriveront [2 r] quil n’y aura plus ni verd, ni feuille. Cette belle vue, ce joli jardin seront triste[s], et leur maison seroit affreuse, si le vent y venoit de partout ; et elle seroit dangereuse sil y avoit des platres neufs ; jen dis bien long ; par ce que j’ai reellement fort a coeur que vous evitiés d’avoir un repentir qui troubleroit votre vie, mon ami, ce n’est pas pour l’acquis de ma conscience que je parle, c’est pour contenter tout a la fois, ma raison et mon amitie.1Suit un petit espace blanc. Mr de S.t Chamans est un peu moins mal, mais voila tout. Il est encore plus près de la maladie que de la santé, ses parents s acoutument a son etat, et ils s’en tiennent a Lorri que j’aime et j’estime fort ; c’est peut être lui que je croirois de preference, mais je voudrois qu’il en consultasse un autre et surtout quil se fit tater par le plus habile anatomiste ; je dis bien cela, mais je ne persuade pas, et trop dinsistance allarmeroit [2 v] peut etre ; et assurement je ne veux pas faire mal a ce que je cheris tendrement.

Jenvoye a Madame d Anville des vers que je la prie de vous faire passer, vous y trouverés un portrait fait de main de maitre, cela ne fait pas mourir de jalousie, mais bien de plaisir le barbouilleur qui |a| eté peindre le même original. 2Idem.Il y a un journal de Linguet qui fait ecumer de rage M.r de La Harpe, nous savons que penser de Linguet, mais de bonne foi, n’a til pas a se venger de Mr de La Harpe ? Et lors qu’on a mis dans la boüe un homme, lors qu’on a voulu le tuër a coup d’epingle et puis a coup de poignard, et qu’on ne la pas laissé mort sur la place, faut il bien s’etonner que cet homme se venge comme il peut ; he bien ! Mr de La Harpe ne se possede pas. Il a de plus un petit mecontentement quil n’ose pas prononcer ; Mr de Voltaire a beaucoup [3 r] loüe son eloge de Catinat, il ne disoit mot de celui de Mr de Guibert, ce silence n’etoit pas penible a Mr de La Harpe ; mais c’est que Mr de Voltaire n’avoit point l’eloge de Mr de Guibert, il l’a lu enfin, et il en a ecrit un eloge a Mr de Schonberg, que je n’ai pas laissé dans la poche de Mr de Schonberg et j’espere bien qu’il ira dans la vôtre ; je prie aussi Mde d Anville de vous le faire passer. Si j’avois un copiste prompt, je ne donnerois ce soin là a personne.

Mr d Alembert vous aura mandé que l’experien[ce]3L’écriture de ce mot a été tronquée à cause d’un manque de place sur la page. de l’abbé Bossu est fini[e] ; il est bien content de Mr Turgot, il est bien juste que les gens honêtes l’aiment et le loüent, les fripons et les sots sont si acharnés. Bon soir, voila un volume, mais il est si naturel de s’oublier en causant avec vous.4Suit un petit espace blanc. Ma sante est toujours aussi mauvaise, vous devriés m’entendre tousser. [3 v] Mde Suard m’a assuré qu’on pouvoit encore vous ecrire a Ribemont, j’en doute un peu.

1
2
3
4
5
6
1766/3692 results        

                                       

               

Responsable du projet : Nicolas Rieucau, Laboratoire d'économie dionysien (EA 3391) / Université Paris VIII.
Projet financé par l'Agence Nationale de la Recherche (ANR)
Hébergement du site : TGIR Huma-Num

© 2016 - 2021 Laboratoire d’économie dionysien

Dernière mise à jour: jeudi 6 octobre 2022 (20:09) +
Rendu de la page en 0.091s