Crédit photographique : Bibliothèque de l’Institut de France 

ET
3564 réponses

Sélectionner par

• Année
Sans date
1760
1770
1780
1790
→ Aucune sélection

• Marques postales
Non
Oui
→ Aucune sélection

• Type de contenu
Description du papier
Image du filigrane
Transcription
Transcription & papier
→ Aucune sélection

2613/3564 results        
Notice
Identification et lieu de conservation
IDC2668
TitreVoltaire à Condorcet - 15 juin 1774 (Paris, Bibliothèque nationale de France, site Richelieu-Louvois / Fr. 12942, p. 359)
Datation15 juin 1774
Lieu de conservationParis, Bibliothèque nationale de France, site Richelieu-Louvois
CoteFr. 12942, p. 359
Intervention
Expéditeur(s) et destinataire(s)
Scripteur(s)
Lieux
Lieu d'écriture indiqué par le scripteurSouchay au Lyon d'or à Genêve
Lieu d'écriture rétabli ou normaliséGenève
Lieu d'écriture indexé
Marques postales
Marques postalesNon
Pliage d’expéditionPli non cacheté
Référence(s)
Edition(s)

Besterman D18989

Textes
Incipit

Mr Ricard et moi, Monsieur, nous vous sommes infiniment obligés de la bonté que vous avez eue

Contenu

Sous le double pseudonyme de M. Ricard et d’une dame Souchay, de la main de Wagnière déguisée, Voltaire utilise l’adresse de l’auberge du Lion d’or à Genève à l’occasion pour certaines correspondances particulièrement brûlantes, ici un message codé par lequel il remercie C. d’avoir envoyé la Lettre d’un théologien à l’auteur du dictionnaire des trois siècles [Les Trois Siècles de la littérature française, ou Tableau de l’esprit de nos écrivains, depuis François Ier jusqu’en 1773, par M. l’abbé Antoine S[abatier], de Castres, 1772, 3 vol.] [pamphlet publié à Berlin, 1774], reconnaissant de l’intérêt manifesté « au sujet du jeune homme qui donne de si grandes espérances en mathématiques » [probablement D’Alembert, dont l’auteur anonyme – Condorcet – de la Lettre d’un théologien prend la défense] et demandant où « il en est de ses études » [cad s’il peut dissimuler, rester inconnu, garder l’anonymat] et s’il pourra réussir « dans la Trigaudenomêtrie » [néologisme facétieux formé à partir du terme « trigaude », adjectif et substantif bas pour «brouillon, barguigneur, qui n’agit point franchement et nettement dans les affaires» (Trévoux,1743), qui renvoie ici à la lutte contre les misérables ennemis de la philosophie, tels Sabatier]. Référence à une lettre perdue.

 

 

2613/3564 results        

                               

Responsable du projet : Nicolas Rieucau. Université Paris VIII.
Projet financé par l'Agence Nationale de la Recherche (ANR)
Hébergement du site : TGIR Huma-Num

© 2016 - 2020 Laboratoire d’économie dionysien

Dernière mise à jour: mercredi 21 octobre 2020 (07:11) +
Rendu de la page en 0.036s