Crédit photographique : Bibliothèque de l’Institut de France 

ET
3626 réponses

Sélectionner par

• Année
Sans date
1760
1770
1780
1790
→ Aucune sélection

• Marques postales
Non
Oui
→ Aucune sélection

• Type de contenu
Description du papier
Image du filigrane
Transcription
Transcription & papier
→ Aucune sélection

3564/3626 results        
Notice
Identification et lieu de conservation
IDC3612
TitrePERNY à Auguste Denis FOUGEROUX DE BONDAROY - 26 septembre 1787 (Paris, Archives de l’Académie des sciences / Pochette de la séance du 17 novembre 1787)
Document de référenceOui
Statut éditorialLettre retenue
Nature du documentOriginal
Lieu de conservationParis, Archives de l’Académie des sciences
CotePochette de la séance du 17 novembre 1787
Intervention(s)
Expéditeur(s) et destinataire(s)
Instrument d’écriturePlume trempée dans l’encre noire
Dates
Date indiquée par le scripteurle 26..e 7..bre 1787
Datation26 septembre 1787
Lieux
Lieu d'écriture indiqué par le scripteurA M. M.
Perny peintre
A Agde bas Languedoc
 
Lieu d'écriture rétabli ou normaliséAgde
Lieu d'écriture indexé
Lieu de destination rétabli ou normaliséParis, Académie des sciences
Lieu de destination indexé
Adresse+
A Monsieur
Monsieur .... Le Directeur de l'Académie Royale des Sciences
A Paris
Marques postales
Pliage d’expéditionPli cacheté
Tarif postal10
Marque du bureau d’expédition[non]
Papier et cachet
Cachet de ciretraces
Couleur de la cirerouge
Textes

Ouvrir dans une nouvelle page

Transcription

[1 r] Agde le 26.e 7.bre 1787

Messieurs

Ayant vû par le journal de Paris1Perny ne désigne pas le quotidien du même nom mais le Mercure de France du Samedi 16 juin N.° 24 que l’academie des Sciences proposait un prix à celui qui donnerait les moyens de préparer les Couleurs sans que le Broyeur fut incommodé.

Voici de qu’elle manière je me suis garanti de ce facheux inconvénient.

J’avais environ quinze ans, lorsque mon père m’apprit à préparer les couleurs. Mon temperament ne pût Longtems supporter l’odeur de ces couleurs ; et voyant qu’en continuant de les Broyer j’aurais péri infailliblement, il se resolut de m’envoyer à L’academie Royale des <[... ?]> Arts à Toulouse, où2Bertrand aurait dû barrer ce mot. [1 v] d’où je revins après y avoir resté quatre années. Pendant ce tems-là la maladie interieure que j’avais disparut ; & me portant bien ; je repris mon ancien ouvrage c’est à dire Broyer les couleurs. Au bout de trois mois ou environ que j’eus travaillé, je me sentis saisi de la meme maladie que j’avais auparavant. Le mal dont je me plaignais était une colique presque continuelle suivie de grands vomissemens je restais les huit jours sans pouvoir travailler d’aucune manière ; les remèdes des medecins bien loin d’adoucir mon mal ne faisaient que l’augmenter ; & j’etais pendant ce tems-là d’une pâleur mortelle ; Enfin il y a environ deux ans que j’eus une maladie, provenant de l’effet de ces couleurs qui fut si serieuse et si longue que tous les plus habiles médecins desésperaient de m’en voir tiré ; et tous en général ne connaissaient point la maladie dont j’étais atteint ; elle n’etait cependant causèe que par la poudre du verd de gris que je broyais.

Pour garantir les Broyeurs de cette maladie ; ils n’ont qu’à suivre le régime que je pratique ; il consiste 1.° á éteindre la [2 r] couleur dans L’huile avant que de la Broyer. 2.° il <fault [?]> faut que le Broyeur fasse usage du lait tous les matins ; lequel lait doit étre coupé avec de [l’herbe ?] Capillaire ou du chiendent ; moyennant ce, le Broyeur sera infailliblement bien portant, et jouira d’une parfaite santé. C’est ce que j’ai éprouvé, Messieurs, et depuis plus de deux ans que je mène ce regime de vie je me porte trés bien, et ai une couleur fleurie tout comme si je ne Broyais point. Ce que j’ai l’honneur de vous dire messie[urs] [est] trés vrai, et vous pouvés vous en convaincre en en faisan[t] [faire ?] par vous mêmes ou autres, L’experience.

Je suis trés-charmé que cette occasion me prouve l’avantage de vous témoigner Les Respectueux attachement avec lequel j’ai L’honneur d’être, Messieurs votre trés humble & trés obeissant Serviteur

// J.b Perny3Paraphe bouclé.

Mon adrèsse :
a M. M. Perny peintre
a Agde Bas Languedoc

1
2
3
4
Contenu

A appris, « par le journal de Paris [non pas le quotidien éponyme mais le Mercure de France] du Samedi 16 juin N.° 24 », l’existence du prix relatif aux « moyens de préparer les Couleurs sans que le Broyeur fut incommodé ». Propose des moyens en ce sens.

Note(s) textes

Le Journal de Paris publié le 16 juin 1787 est le n° 167 (et non le n° 24), tandis que l’on n’y trouve pas l’annonce du prix. Celle-ci est en revanche dans le n° 325 du 21 novembre 1785 et le n° 129 du 9 mai 1787.

3564/3626 results        

                                               

Responsable du projet : Nicolas Rieucau, Laboratoire d'économie dionysien (EA 3391) / Université Paris VIII.
Projet financé par l'Agence Nationale de la Recherche (ANR)
Hébergement du site : TGIR Huma-Num

© 2016 - 2021 Laboratoire d’économie dionysien

Dernière mise à jour: mardi 19 octobre 2021 (14:10) +
Rendu de la page en 0.022s