Crédit photographique : Bibliothèque de l’Institut de France 

ET
3685 réponses

Sélectionner par

• Année
Sans date
1760
1770
1780
1790
→ Aucune sélection

• Marques postales
Non
Oui
→ Aucune sélection

• Type de contenu
Description du papier
Image du filigrane
Transcription
Transcription & papier
→ Aucune sélection

3616/3685 results        
Notice
Identification et lieu de conservation
IDC3658
TitreTURIN aux membres de l'Académie des sciences de Paris - [21 octobre 1784 ou peu avant] (Paris, Archives de l’Académie des sciences / pochette de la séance du 4 décembre 1784)
Document de référenceOui
Nature du documentOriginal
Lieu de conservationParis, Archives de l’Académie des sciences
Cotepochette de la séance du 4 décembre 1784
Intervention(s)
Expéditeur(s) et destinataire(s)
Instrument d’écriturePlume trempée dans l’encre noire
Dates
Datation[21 octobre 1784 ou peu avant]
Lieux
Lieu d'écriture rétabli ou normaliséParis
Lieu de destination rétabli ou normaliséParis
Textes

Transcription

[1 r] Moyen pour rendre Les vaisseaux insubmergibles.

[1 v vierge]

[2 r] Messieurs

J’ai L’honneur de soummetre a votre jugement un projet tres simple, peu couteux pour rendre les vaisseaux insubmergibles, ce moyen consiste a porter dans chaque vaisseau cents outres de peau dont on se sert en Dauphiné pour porter a dos de mulet les vins les huiles de Provence, ces outres étant ployés ne seront d’aucun embarras, lorsque le vaisseau sera en danger de couler a fond, chaque soldat ou matelot, enflera un outre, ce qui sera fait dans un instant, ces outres étant ainsi enflés et dispersés dans le vaisseau empecheront par leurs volumes a deux cents quintaux d’eau d’entrer, chaque outre contenant deux quintaux d’eau ; ce qui donne deja une force de deux cents quintaux, par leur legereté ils auront une force verticale de bas en haut de milles quintaux un outre pouvant faire surnager au moins huit hommes ; avec cette force de douses cents quintaux, a la quelle on peut joindre celle des tonneaux de l’equipage en les vuidant, un vaisseau ne peut couler a fond puisqu’il ne faut qu’une [2 v] rupture d’équilibre de quelques quintaux pour le faire submerger.

La cause de la submersion n’étant point due a la pesanteur de l’eau qui entre dans le vaisseau, puisque l’eau interieure n’est pas plus pesante que l’eau exterieure qui est au meme niveau, il est clair que l’on doit l’attribuer au fer qui entre dans la construction du vaisseau, aux hommes qui sont plus pesants que l’eau.

Si l’on remplit d’eau une écüelle de bois, elle n’ira point au fond si le bois qui la compose est plus leger que l’eau, elle ira au fond si dans sa construction il y entre queques cloux, il en est de meme d’un vaisseau, il n’iroit point au fond, il flotteroit si la carcasse du vaisseau ne consistoit quen bois et en gouderon qui sont plus legers que l’eau :

lorsque un vaisseau est sur le point de perdre son équilibre, et de couler a fond, une tres petitte force suffit pour le retenir sur l’eau, comme un ballon qu’une poigné de lest jettée fait monter, qui descend en perdant un peu de son gas.

Comme il n’est pas possible de determiner au juste la force necessaire pour un vaisseau quelquonque, ne pouvant connaitre l’excés de pesanteur qui cause cette rupture, je propose cents outres qui donnent une force extraordinaire infiniment superieure a celle qu’il faut, pour la sureté des navigateurs.

[3 r] Les outres sont ordinairement faits avec des peaux de chevre que l’on poudre de sel marin pour toute preparation, lorsque on les a depouillés de l’animal ; il seroit facile d’en faire avec des peaux d’anes, de cheval, de vache, de chien de toutes les peaux dont on ne fait aucun cas, avec vingt de ces outres qui deplaceront chacun dix quintaux d’eau, on aura la meme force qu’en employant cents outres en peau de chevre, on pourra avec deux soufflets les enfler dans l’espace de dix minuttes. Aulieu d’outres on pourroit encore avoir deux boyaux en taffetas vernissé de trois pieds de diametre, longs de vingts pieds, que l’on étendroit étant enflés dans le fond du vaisseau ; ils feroyent le méme éffet des outres, mais seroyent plus couteux et seroyent peut étre en danger de crever par la pression de l’eau, ce qui ne peut point arriver avec des outres qui peuvent servir a porter les vins les huiles et.c.

J’ai l’honneur d’étre votre tres humble et tres obeissant serviteur

turin docteur en medecine

[3 v vierge] [4 r vierge] [4 v vierge] [5 r] [Figure] [5 v vierge]
3616/3685 results        

                                       

               

Responsable du projet : Nicolas Rieucau, Laboratoire d'économie dionysien (EA 3391) / Université Paris VIII.
Projet financé par l'Agence Nationale de la Recherche (ANR)
Hébergement du site : TGIR Huma-Num

© 2016 - 2021 Laboratoire d’économie dionysien

Dernière mise à jour: samedi 13 août 2022 (16:42) +
Rendu de la page en 0.166s