Crédit photographique : Bibliothèque de l’Institut de France 

ET
3703 réponses

Sélectionner par

• Année
Sans date
1760
1770
1780
1790
→ Aucune sélection

• Marques postales
Non
Oui
→ Aucune sélection

• Type de contenu
Description du papier
Image du filigrane
Transcription
Transcription & papier
→ Aucune sélection

545/3703 results        
Notice
Identification et lieu de conservation
IDC545
TitreJulie Jeanne Eleonore DE LESPINASSE à CONDORCET - 4 mai [1771] (Localisation inconnue (anciennement Paris, Musée des lettres et manuscrits) / [n° de pièce inconnu])
Document de référenceOui
Statut éditorialLettre retenue
Nature du documentOriginal
Lieu de conservationLocalisation inconnue (anciennement Paris, Musée des lettres et manuscrits)
Cote[n° de pièce inconnu]
Intervention(s)
Expéditeur(s) et destinataire(s)
Scripteur(s)
Instrument d’écriturePlume trempée dans l’encre noire
Dates
Date indiquée par le scripteurSamedy 4 may
Datation4 mai [1771]
Lieux
Lieu de destination rétabli ou normaliséRibemont
Lieu de destination indexé
Adresse

« A Monsieur

Monsieur le marquis de Condorcet

a Ribemont par S.t Quentin » (f. 2 v).

Marques postales
Marques postalesOui
Pliage d’expéditionPli cacheté
Tarif postal6
Papier et cachet
Description sommaire du papier

Bifeuillet in-4°, vergé écru, filigrané.

Référence(s)
Imprimé(s)
Catalogue(s) de vente
Textes

Ouvrir dans une nouvelle page

Transcription

[1 r] samedi 4 may

Vous avés de si bons et si exacts correspondants, monsieur, que je ne me suis point piquée de vous instruire des nouvelles dont je ne sais jamais bien que les resultats, mon atention et mon interet ne peuvent ateindre aux details, d’ailleurs je suis tombée dans un etat d’hebetement qui fait que je ne saurois plus souffrir ni de lire, ni d’ecrire, il me semble que les livres ne m’aprenent rien et ne m’amusent point et quant a ce que je peux ecrire, je suis bien sure que rien ne vaut la peine d’etre dit ; je me demande presque toujours avant que d’agir a quoi bon et je n’y trouve rien a repondre, la plume tombe des mains et je reste sans mouvement ; oui a quoi bon ecrire meme a ses amis, qu’est ce que cela ajoute a la conviction qu’ils doivent avoir de la verité et de la tendresse de mon amitié : il seroit bon de leur ecrire si par là on pouvoit leur etre plus agreable, en les amusant par ce qu’on auroit a leur dire, mais voila un bonheur auquel je suis bien loin de pretendre ; mon ame est morte a toute espece de dissipation, il y a une certaine [1 v] heure dans la journée, ou je monte ma machine morale comme je monte ma montre tous les jours, et puis le mouvement une fois donné cela va plus ou moins bien. J’entends dire que je suis gaye et cela me ravit que sans y mettre de faussete, mais seulement le projet de conserver ma socie¬té, je puisse parvenir a vaincre ma disposition au point de me faire croire gaye ; ce qu’il y a de singulier, cest que personne ne demêle l’effort qu’il me faut pour paroitre ce qu’on me juge etre reellement ; mais c’est qu’on n’observe gueres dans la société et c’est bien fait, car il n’y a pas grand chose a gagner a mieux voir que les autres.1Suit un petit espace blanc. Vous savés que c’est lundi 13 la reception de l’abbé Arnaud, je nirai point quoi que jaye bien bonne opi¬nion de son discours. Vous savés que Mr Dhericourt est au Boulai, Mde Dhericourt y est allée jeudi. Je crois que jirai passer le mois d’aouts [sic], si vous pouvies y venir, cela me donnerait bien du courage, nous aurions Mr de Clausonette qui vous aime tendrement, cest un homme [2 r] d’un excelent esprït et d’une societé bien agreable. M.r d Alembert est mieux, parce qu’il ne travaille point, il etoit au moment de retomber dans l’etat ou il a ete l’année dernière. Mr de S.t Chamans a l’estomac en bien mauvais etat, cela me fait peur pour sa poitrine, je conois mille gens qui sont morts de la poitrine en croyant n’avoir que l’estomac derangé. L’affaire de son regiment n’est point finie, cela est insuportable.2Idem. Je vais tout a l’heure a Bayard, ou je suis presque sure de m’ennuier, cependant cette piece a presque le meme succès que le siege de Calais, ce quil y a de bon, cest que tous les gens qui ont l’ame un peu elevée y pleurent a chaudes larmes ; moi qui suis foible et commune je parirois que je ne serai pas meme emüe, adieu, monsieur, voila un bien long bavardage, n’allés pas dire a quoi bon, car vous n’y trouveriés pas plus de reponse que moi et pour lors je vous aurois ennuié et j’en serois bien plus fachée pour vous que pour moi. Mr d Anlezi est parti, cest une grande privation pour moi.

[2 v] [Adresse et tarif postal]
1
2
3
4
545/3703 results        

                                       

               

Responsable du projet : Nicolas Rieucau, Laboratoire d'économie dionysien (EA 3391) / Université Paris VIII.
Projet financé par l'Agence Nationale de la Recherche (ANR)
Hébergement du site : TGIR Huma-Num

© 2016 - 2021 Laboratoire d’économie dionysien

Dernière mise à jour: mardi 31 janvier 2023 (16:33) +
Rendu de la page en 0.093s