Crédit photographique : Bibliothèque de l’Institut de France 

ET
3585 réponses

Sélectionner par

• Année
Sans date
1760
1770
1780
1790
→ Aucune sélection

• Marques postales
Non
Oui
→ Aucune sélection

• Type de contenu
Description du papier
Image du filigrane
Transcription
Transcription & papier
→ Aucune sélection

755/3585 results        
Notice
Identification et lieu de conservation
IDC755
TitrePéan à CONDORCET - 14 février 1785 (Paris, Archives de l’Académie des sciences / pochette de la séance du 16 février 1785)
Nature du documentOriginal
Lieu de conservationParis, Archives de l’Académie des sciences
Cotepochette de la séance du 16 février 1785
Intervention(s)
Expéditeur(s) et destinataire(s)
Instrument d’écriturePlume trempée dans l’encre noire
Dates
Date indiquée par le scripteurLe. 14. fevrier 1785
Datation14 février 1785
Travail de datation achevéOui
Lieux
Lieu d'écriture indiqué par le scripteurRennes
Lieu d'écriture rétabli ou normaliséRennes
Lieu d'écriture indexé
Lieu de destination rétabli ou normaliséParis
Lieu de destination indexé
Papier et cachet
Description sommaire du papier

Bifeuillet in-4°, vergé écru, filigrané

Textes

Ouvrir dans une nouvelle page

Transcription

[1 r] Monsieur

J’ay fait une decouverte qui a trait aux sciences, C’est a vous que j’en dois rendre compte, a vous qui Etes le depositaire des archives de leur temple.

La medecine perfectionnée seroit de tous les arts sans doute le plus utile, mais quelle est encore loin De cette perfection désirable ! Elle parle encore le langage Du charlatanisme : et souvent la témérité plutôt que Des principes certains, dirige ses operations : Le peuple les soupçonne, ces procedés indiscrets. Les hommes Eclairés les voient en gemissant, [1 v] Et les uns & les autres, en sont tous les jours La victime.

Ces reflections ont depuis longtems fixé toutes mes pensées sur une science que la routine avilit Et rend funeste au genre humain. Mes meditations opiniatres, non sur les principes d’Esculape, mais sur la constitution phisique de l’homme, m’ont Conduit a une découverte dont mes semblables Peuvent tirer des avantages prodigieux, oui, Monsieur, je possede un remede qui peut prevenir toutes les maladies, Extirper celles qui nous Desolent, & regenerer l’Espece humaine. Mes Promesses ne sont pas exagerées : ce n’est n’y L’Entousiasme n’y la cupidité, C’est la conviction qui vous les fait, que votre respectable accademie nomme des Juges ; je suis prêt d’operer sous leurs [2 r] yeux. Cent juges impartiaux, je ne les chercheray Point parmy les medecins que ma methode Doit déconcerter ; mais je serois vraiment satisfait de les trouver dans un corps dont tous les membres travaillent avec désinteressement a Etendre les lumieres, & le bonheur du genre humain.

Je voue avoüe Monsieur que mes occupations Et ma fortune ne me permettent pas d’Entreprendre Le voyage de Paris seroit-il impossible que Le Gouvernement me facillitât les moyens De m’y rendre, pour qu’on put s’assurer des avantages & de la solidité de ma découverte ?  Daignés, Monsieur, m’éclairer de vos conseils.

J’ay l’honneur d’Etre Monsieur Votre tres humble & tres obeissant serviteur

Péan.

Rennes |Bretagne| Le. 14. fevrier 1785

[2 v vierge]
1
2
3
4
Contenu

Annonce qu’il a trouvé un remède contre toutes les maladies. Veut le présenter à l’Académie. Souhaite que le gouvernement lui finance son voyage.

755/3585 results        

                               

Responsable du projet : Nicolas Rieucau. Université Paris VIII.
Projet financé par l'Agence Nationale de la Recherche (ANR)
Hébergement du site : TGIR Huma-Num

© 2016 - 2021 Laboratoire d’économie dionysien

Dernière mise à jour: mercredi 24 février 2021 (18:41) +
Rendu de la page en 0.034s