Crédit photographique : Bibliothèque de l’Institut de France 

ET
3685 réponses

Sélectionner par

• Année
Sans date
1760
1770
1780
1790
→ Aucune sélection

• Marques postales
Non
Oui
→ Aucune sélection

• Type de contenu
Description du papier
Image du filigrane
Transcription
Transcription & papier
→ Aucune sélection

1096/3685 results        
Notice
Identification et lieu de conservation
IDC1096
TitreCAULLET DE VEAUMONREL  aux membres de l'Académie des sciences de Paris - 7 août 1783 (Paris, Archives de l’Académie des sciences / pochette de la séance du 9 août 1783)
Document de référenceOui
Statut éditorialLettre retenue
Nature du documentOriginal
Lieu de conservationParis, Archives de l’Académie des sciences
Cotepochette de la séance du 9 août 1783
Intervention(s)
Expéditeur(s) et destinataire(s)
Instrument d’écriturePlume trempée dans l’encre noire
Dates
Datation7 août 1783
Papier et cachet
Description sommaire du papier

2 bifeuillets in-4°, vergé écru, filigrané

Textes

Ouvrir dans une nouvelle page

Note : le scripteur a abrégé ou tronqué l’écriture de certains mots, en fin de ligne, du fait d’un manque de place sur la page.

Transcription

[1 r] Messieurs

J’ay lu dans le Journal de medecine de Juillet dernier que lacademie des sciences avait fait une mention honorable du memoire N° iij. qui a concouru au prix proposé sur les moyens de preserver les doreurs au feu ou sur metaux des maladies dangeureuses aux quelles ils sont continuellement exposés, et qu’elle desirait en connoitre l’auteur, et lexhortait a rendre public son mémoire ayant pour epigraphe, Ars datur optima cui recta physicæ Juvat,

[1 v] J’ay l’honneur de luy temoigner, par la voie de ce Journal , ma reconnoissance de cette mention honorable, et de l’assurer que son exhortation est pour moi un três puissant stimulant de mettre au jour un mémoire dans le quel elle a trouvé des vües fort interessantes, surtout des qu’il concourt au but de mon etat ; mais Je supplie l’academie de m’aider elle même à remplir ses desirs tres louables en me faisant à cet effet, repasser le memoire dont Je suis l’auteur, le masque necessaire aux ouvriers qui avivent, ainsi que les deux cheminees ou forges que l’on a annoncé comme fourneau, a une des quelles sont adaptés deux ventilateurs propres a preserver les ouvriers des vapeurs très nuisibles dacide nitreux qui forment un bain perpetuel dans les atteliers en grand, et sur les quels J’ay fort insisté dans mon mémoire ayant moi même été fort affecté de ces vapeurs en parcourant les atteliers.

J’ay lieu d’attendre que l’academie qui previent toujours ce qui peut etre utile au public voudra bien se préter [2 r] a cela lors que Je luy aurai observé qu’adonné par etat à la Medecine pratique, Je ne puis Jouir du tems qui me serait necessaire pour refaire tous les modeles propres a monter en grand un attelier de doreur de grosses pieces pour en donner une idée fidele au graveur de planches, et recopier des idées Jettées sur un brouillon ou les ratures ne sont pas epargnées a cause des differentes corrections que J’ai êté obligé de faire a chaque nouvelle connoissance que J’ai acquise par la frequentation des atteliers de ces nombreuses victimes de notre luxe.

Quant au doute que l’acadèmie a porté sur la bonté de la principale cheminée dont J’ay donné le modele Je ne propose de le détruire que par des preuves, elle me permettra en consequence de l’assurer affirmativeme[nt] quelle est propre a receuillir presque tout le mercure que les doreurs de grande piece employent, et à les preserver des maladies qui en dépendent, ce qui ajoute a la [2 v] conservation des hommes une parfaite economie. Jay chez moi une cheminée construite sur le même principe la quelle a réussi tout l’hiver dernier anterieurement au tems ou le prix a été décerné.

Des doreurs que J’avais consulté sur leur art ayant eu connoissance de mes moyens avant de soumettre mon memoire au jugement de l’academie l’ont trouvé si avantageuse, tant pour les preserver des maladies dependantes de la pénétration du mercure, qu’economiqt pour conserver cette substance metallique, qu’ils sont venus, depuis que le prix est decerné, me presser de leur remettre mes modeles affin de construire leurs atteliers sur le plan qu’ils ont vu, mais une occupatio[n] ne m’ayant pas encore permis, malgré mon desir, de les refaire, Jespere que l’academie voudra bien [3 r] accelerer mon zele à luy plaire en se rendant a ma priere.

J’ay Lhonneur D’Etre très respectueusement Messieurs Votre tres humble et tres obeissant serviteur

Caullet de Veaumorel1Paraphe bouclé.
L’un des medecins de la maison de Monsieur2Écrit en lettres de plus grande taille.
rüe du Petit Hurleur.

Ce 7. aoust 1783.

[3 v vierge] [4 r vierge] [4 v vierge]
1
2
3
4
5
6
7
8
Contenu

A appris par « le Journal de medecine de Juillet dernier » [juillet 1783, t. LX, p. 86] que le mémoire qu’il avait soumis au Prix des arts insalubres pour l’année 1783 avait reçu une « mention honorable » et qu’il était invité, tout en le publiant, à se faire connaître. Demande à cette fin que son mémoire, ainsi que les pièces qui l’accompagnaient, lui soient restitués. Conteste le jugement de l’Ads sur le fourneau qu’il a proposé.

1096/3685 results        

                                       

               

Responsable du projet : Nicolas Rieucau, Laboratoire d'économie dionysien (EA 3391) / Université Paris VIII.
Projet financé par l'Agence Nationale de la Recherche (ANR)
Hébergement du site : TGIR Huma-Num

© 2016 - 2021 Laboratoire d’économie dionysien

Dernière mise à jour: samedi 13 août 2022 (16:42) +
Rendu de la page en 0.107s