Crédit photographique : Bibliothèque de l’Institut de France 

ET
3781 réponses

Sélectionner par

• Année
Sans date
1760
1770
1780
1790
→ Aucune sélection

• Marques postales
Non
Oui
→ Aucune sélection

• Type de contenu
Description du papier
Image du filigrane
Transcription
Transcription & papier
→ Aucune sélection

1375/3781 results        
Notice
Identification et lieu de conservation
IDC1375
TitreCONDORCET à VOLTAIRE - 19 [janvier 1778] (Paris, Bibliothèque nationale de France, site Richelieu, NAF 24338, f. 377-378)
Nature du documentOriginal
Lieu de conservationParis, Bibliothèque nationale de France, site Richelieu
CoteNAF 24338, f. 377-378
Intervention(s)
Expéditeur(s) et destinataire(s)
Instrument d’écriturePlume trempée dans l’encre noire
Dates
Date indiquée par le scripteurCe 19
Datation19 [janvier 1778]
Lieux
Lieu de destination rétabli ou normaliséFerney
Lieu de destination indexé
Adresse« A Monsieur
Monsieur de Voltaire
au chateau de Fernei
pays de Gex » (f. 378 v)
Marque(s) postale(s)
Marque(s) postale(s)Oui
Pliage d’expéditionPli cacheté
Tarif postal<11> 15
Sousoui
Bureau d'expédition indexé
Papier et cachet
Description du papier issue de Muse

Description occurrence :
Ff. début/fin : 377 -378 . Type de papier : BIF014-1 . Bifeuillet in-4°. Dimensions feuillet : 198 x 157

Description référence :
Type de papier : BIF014-1. Vergé écru, assez lisse. Épaisseur : 0,108 mm. Dimensions feuille entière :316 x 400 (rogné). Filigrane : Marque : Cornet courroie simple sur écu fleurdelisé / chiffre 4 à chevrons / “VAN DER LEY”. Contremarque  : initiales “IV”. Ecart lignes de chaînettes : 24,5-25,5mm. Tranchefile marque : 12 mm. Tranchefile contremarque : 12 mm.

Cachet de cirebrisé
Couleur de la cirerouge
Image de référence du cachet de Condorcet
Textes
Incipit

vous êtes trop bon d'attacher quelque prix à mes réflexions. C'est L'amitié qui me les a inspirées

Ouvrir dans une nouvelle page

Transcription

[377 r] Ce <18 [?]> 19.

Mon cher et illustre maitre, vous étes trop bon d’attacher quelques prix à mes réflexions, c’est l’amitie qui me les a inspirées. M. Suard qui a lu la piece come censeur des spectacles ; M. Turgot à qui on a cru pouvoir la laisser lire sans vous déplaire pensent à peu pres come moi. Nous trouvons également que si vous daignez faire quelques corrections, et vous rendre severe à vous même, il ne vous faudra qu’un peu de tems et de patience pour produire deux ouvrages qui feront époque dans la littérature. Je ne suis point surpris de l’effet que la lecture des deux pieces a faite à Fernei ; <il> J’y ai trouvé de quoi justifier l’enthousiasme et les larmes. Mais songez que vous nous avez accoutumé à la perfection dans les convenances, dans les caracteres, come Racine nous avait accoutumés à la perfection dans le stile que vous seul avez reuni ces deux perfections, et que si on est severe c’est votre faute. <Je> M. d’Argental fera ce que vous souhaitez.

J’ai recu votre nouveau factum en faveur du genre humain, j’en avais déja un éxemplaire que M. Bitaubé m’a apporté. Vous pouvez l’envoier par la poste à M. Turgot. C’est le plus beau sujet de prix qu’aucune académie est [sic] proposé. <[... ?]> Les petits enfans de Me la Duchesse d’Enville partiront vers la fin de fevrier pour Geneve, quoique tres fachés de quitter la maison paternelle l’esperance de vous voir les a presque consolés. Je vous écrirai par eux sur quelques objets que je ne me soucie <pas> de comuniquer ni à la canaille qui ouvre les lettres à la poste, ni a celle qui s’est opposée à l’abolissement de cette violation de toutes les loix de l’equité, |et| de la <decente> decense. Si les méchans voulaient bien s’abstenir seulement des <imfamies> infamies qui ne leur sont bones à rien le genre humain serait délivré de la moitié de ses maux.

[377 v] Adieu, mon cher et illustre maitre, vous connaissez mon respect et ma tendre amitié.

|Je viens d’apprendre par M. d’Argental que vous voulez que Nicéphore ne soit pas trop odieux, il me parait que vous ne pouvez gueres disculper Aléxis qu’en faisant de Nicéphore un tyran, et un Tyran qui a formé le projet de faire perir sa femme, projet <q> dont l’arrivèe d’Aléxis puisse seul empêcher l’éxécuti[on]1La fin de ce mot est masquée par l’onglet.. Le respect d’Irene pour son mari coupable en serait plus intéressant. Les esperances d’Aléxis un peu mieux fondées, et le sacrifice d’Irene d’autant plus intéressant qu’il ne serait plus absolument indispensable. Il ne s’agit pas de frapper juste mais de frapper fort. Vous souvenez-vous de ce mot qui vaut mieux que toute la poëtique d’Aristote.|

[378 r vierge] [378 v] [Adresse et marques postales]
1
2
3
4
1375/3781 results        

                                       

               

Responsable du projet : Nicolas Rieucau, Laboratoire d'économie dionysien (EA 3391) / Université Paris VIII.
Projet financé par l'Agence Nationale de la Recherche (ANR)
Hébergement du site : TGIR Huma-Num

© 2016 - 2021 Laboratoire d’économie dionysien

Dernière mise à jour: samedi 22 juin 2024 (15:08) +
Rendu de la page en 0.2s