Crédit photographique : Bibliothèque de l’Institut de France 

ET
3614 réponses

Sélectionner par

• Année
Sans date
1760
1770
1780
1790
→ Aucune sélection

• Marques postales
Non
Oui
→ Aucune sélection

• Type de contenu
Description du papier
Image du filigrane
Transcription
Transcription & papier
→ Aucune sélection

1465/3614 results        
Notice
Identification et lieu de conservation
IDC1465
TitreCONDORCET à Frédéric II - [janvier 1786] (Paris, Bibliothèque de l’Institut de France / Ms 854, f. 399 r-v)
Nature du documentBrouillon
Lieu de conservationParis, Bibliothèque de l’Institut de France
CoteMs 854, f. 399 r-v
Intervention(s)
Expéditeur(s) et destinataire(s)
Instrument d’écriturePlume trempée dans l’encre noire
Dates
Date indiquée par le scripteur[non]
Datation[janvier 1786]
Travail de datation achevéNon
Papier et cachet
Description du papier issue de Muse

Description occurrence :
Ff. début/fin : 399-399. Type de papier : BIF115 . Feuillet in-2°. Dimensions feuillet : 349 x 222

Description référence :
Type de papier : BIF115. Vergé azuré, lisse. Épaisseur : 0,124 mm. Dimensions feuille entière :349 x 444. Filigrane : Marque : Griffon. Contremarque  : “MOYEN / C (coeur) PIGNION / AUVERGNE 1742”. Ecart lignes de chaînettes : 26-28mm. Tranchefile marque : 14-16 mm.

Image(s) de référence du filigrane
Textes
Incipit

Sire, Lorsque votre majesté a bien voulu agréer M. L’évêque

Ouvrir dans une nouvelle page

Transcription

[399 r] Sire,

Lorsque votre majesté a bien voulu agréer M. Lévéque <comme son [?]> pour professeur de Philosophie, <j’ai été> elle a eu la bonté de m’autoriser à lui <pro> annoncer que les appointemens de cette place seraient de douze cens rixdales, dont huit cens <sur> rixdales d’appointemens ordinaires et quatre cens sur les fonds de l’académie. La lettre dont votre majesté à honoré M. L’eveque lui a fait craindre <que les> <que les appointemens bornés a ceux de la place seule ne la red> qu’elle n’eut l’intention de ne plus lui accorder que huit cens rixdales en tout.

Il desire vivement de repondre a ses bontés, il regarde avec raison l’honneur d’être appelé par elle comme le plus grand qu’un homme de lettres puisse recevoir.

Mais un pere de famille est obligé même par devoir de s’occuper de ses interets, et si votre majesté ne daigne pas <se [?]> lui conserver ce qu’elle lui a permis d’esperer il se verra forcé avec regret de renoncer <avec> a une destination qui flattait egalement son gout et son amour propre.

J’oserais presque assurer votre majeste qu’elle sera contente de ce choix, c’est un homme dont la philosophie est très forte, qui n’a aucun prejugé, mais qui en même tems expose ses opinions avec beaucoup de modération et de sagesse, et qui sait ce qu’on doit aux jeunes gens pour les préserver des prejugés sans leur inspirer des <sentimens outre [?]> opinions outrées qui peuvent être dangereuses.

Je prends la liberté d’offrir à votre majesté un petit ouvrage qui n’est qu’un mémoire d’avocat. Mais la legereté avec laquelle nos juges se permettent de condamner les accusés lors surtout qu’ils sont de la classe du peuple est si révoltante, qu’il est <quelquefois> impossible [399 v] de ne pas <la> <en> emploier en faveur des <accusés> opprimes la plume bonne ou mauvaise que la nature nous a mi[se] dans les mains.

1
2
1465/3614 results        

                               

Responsable du projet : Nicolas Rieucau. Université Paris VIII.
Projet financé par l'Agence Nationale de la Recherche (ANR)
Hébergement du site : TGIR Huma-Num

© 2016 - 2021 Laboratoire d’économie dionysien

Dernière mise à jour: jeudi 10 juin 2021 (20:31) +
Rendu de la page en 0.031s