Crédit photographique : Bibliothèque de l’Institut de France 

ET
3614 réponses

Sélectionner par

• Année
Sans date
1760
1770
1780
1790
→ Aucune sélection

• Marques postales
Non
Oui
→ Aucune sélection

• Type de contenu
Description du papier
Image du filigrane
Transcription
Transcription & papier
→ Aucune sélection

1488/3614 results        
Notice
Identification et lieu de conservation
IDC1488
TitreCONDORCET à Correspondant non identifié - [juin 1791 ?] (Paris, Bibliothèque de l’Institut de France / Ms 854, f. 436-436 bis)
Nature du documentBrouillon
Lieu de conservationParis, Bibliothèque de l’Institut de France
CoteMs 854, f. 436-436 bis
Intervention(s)
Expéditeur(s) et destinataire(s)
Instrument d’écriturePlume trempée dans l’encre noire
Dates
Datation[juin 1791 ?]
Travail de datation achevéNon
Papier et cachet
Description du papier issue de Muse

Description occurrence :
Ff. début/fin : 436-436 bis. Type de papier : BIF040-2 .

Description référence :
Type de papier : BIF040-2. Vergé écru, assez lisse. Épaisseur : 0,105 mm. Dimensions feuille entière :310 x 390 (rogné). Filigrane : Marque : Cornet à courroie simple sur écu coiffé d’une fleur-de-lis / pendentif : fleur de lis renversé / “D & C BLAUW”. Contremarque  : “D & C BLAUW”. Ecart lignes de chaînettes : 25-26mm.

Image(s) de référence du filigrane
Textes
Incipit

Je m’empresserai toujours, Monsieur, de repondre à un honnête homme

Ouvrir dans une nouvelle page

Transcription

[436 r] Je m’empresserai toujours, Monsieur, de repondre à un honnête homme qui me parle avec confiance.

Vous me demandez comment j’ai pu justifier le decret qui oblige les ecclésiastiques a prêter le serment civique sous peine de perdre leur traitement. Voici mes motifs. Nous ne sommes pas dans un tems de paix une nuée de nobles prepare une armée sur les bords du Rhin. Une armée de prêtres s’efforce d’en preparer une dans l’<interieure> interieur. On ne veut pas soudoier celle-ci on propose donc aux prêtres de prêter le serment de maintenir la constitution. On gêne si peu leur conscience qu’on permet a ceux qui <ont [?]> auront prêté ce serment d’avoir des eglises particulieres. Comment peut-il leur rester le moindre pretexte. Quoi vous refuseriez une eglise à la Chine si on exigeait de vous la promesse de maintenir les loix de l’empire ?

[436 v] Ayez un peu de bonté pour nous. Ne nous confondez pas avec l’assemblée constituante. Nous ne vous demandons point d’être Jansenistes. Nous exigeons que vous vous déclariez Citoyens par ce qu’un grand nombre de gens aiant le même habit se sont declarés ennemis.

L’assemblée constituante a declaré ces pensions dette nationale. Mais 1°. La même assemblée constituante a éxigé de nous creanciers de l’etat non par son decret mais par titres d’apporter un certificat de résidence en France. 2°. Ce n’est pas au créancier de la nation que l’on conteste sa creance, c’est a un citoyen que sa naissance a rendu for [?] et qui refuse de promettre de vivre suivant la loi qu’on refuse les moyens de nuire à <la> sa patrie.

Je sais que l’on a voulu1Le texte s’interrompt ici.

[436 bis r vierge] [436 bis v vierge]
1
2
3
4
Contenu

C. motive le décret [des 19 et 20 juin 1791] exigeant que les ecclésiastiques prêtent « le serment civique sous peine de perdre leur traitement ». 

1488/3614 results        

                               

Responsable du projet : Nicolas Rieucau. Université Paris VIII.
Projet financé par l'Agence Nationale de la Recherche (ANR)
Hébergement du site : TGIR Huma-Num

© 2016 - 2021 Laboratoire d’économie dionysien

Dernière mise à jour: jeudi 10 juin 2021 (20:31) +
Rendu de la page en 0.03s