Crédit photographique : Bibliothèque de l’Institut de France 

ET
3694 réponses

Sélectionner par

• Année
Sans date
1760
1770
1780
1790
→ Aucune sélection

• Marques postales
Non
Oui
→ Aucune sélection

• Type de contenu
Description du papier
Image du filigrane
Transcription
Transcription & papier
→ Aucune sélection

1715/3694 results        
Notice
Identification et lieu de conservation
IDC1717
TitreJulie Jeanne Eleonore DE LESPINASSE à CONDORCET - 3 juin [1769] (Localisation inconnue)
Document de référenceOui
Statut éditorialLettre retenue
Nature du documentOriginal
Lieu de conservationLocalisation inconnue
Intervention(s)
Expéditeur(s) et destinataire(s)
Scripteur(s)
Instrument d’écriturePlume trempée dans l’encre noire
Signature de Condorcet[néant]
Dates
Date indiquée par le scripteurSamedi 3 juin
Datation3 juin [1769]
Lieux
Lieu de destination rétabli ou normaliséRibemont
Lieu de destination indexé
Adresse

« A Monsieur

Monsieur le marquis de Condorcet

de l’académie royale des sciences

à Ribemont par S.t Quentin » (f. 2 v).

Marques postales
Marques postalesOui
Pliage d’expéditionPli cacheté
Tarif postal6
Sousoui
Marque du bureau d’expédition[néant]
Papier et cachet
Description sommaire du papier

Bifeuillet in-4°, vergé écru, filigrané.

Cachet de ciretrace
Couleur de la cirerouge
Pièce(s) jointe(s) ou liée(s)
Lettre(s) « de » ou « à » Condorcet
Référence(s)
Imprimé(s)
Catalogue(s) de vente
Textes

Ouvrir dans une nouvelle page

Transcription

[1 r] Samedi 3 juin

Vous etes bien aimable, monsieur, d’avoir pensé à moi en arrivant, & je le merite, car j’ai bien pensé à vous depuis votre depart. Je vois que le Perroquet vous a tenu bonne compagnie . S’il est d’aussi grande ressource à Madame votre mere, vous lui aurez fait là un beau present. Nous parlons souvent de vous, mon secretaire et moi, et tant d’autres qui vous regrettent. Mes soins pour votre éducation s’etendent jusqu’a votre absence. Je vous recommande surtout de ne point manger vos levres ni vos ongles ; rien n’est plus indigeste, je l’ai ouï dire à un fameux medecin. Dites moi, je vous prie, si c’est à vous que j’ai l’obligation d’une lettre de mlle d’Ussé qui me remercie de ce que pendant votre absence, je lui enverrai des nouvelles, quoiqu’en verité je n’y aye jamais pensé. Je vous assure qu’elle vous regrettera, car certainement je ne pretends pas vous remplacer auprès d’elle. Autre avis pour votre éducation, et la remarque est [1 v] de mon secretaire, homme de grand goût, comme vous savez, et de grand exemple, et specialement chargé par mlle d’Ussé de vous former dans l’usage du monde. C’est quand vous parlez, de ne pas vous mettre le corps en deux, comme un Pretre qui dit le confiteor à l’autel. Si vous continuez, vous en direz quelque jour votre meâ culpâ. C’est mlle d’Ussé qui vous a donné cette mauvaise habitude pour lui parler de plus près. Il n’y a rien de nouveau depuis votre depart qu’une excellente lettre de Voltaire à mon secretaire. Vous verrez tout cela quelque jour, si vous laissez pousser vos ongles, et si vous vous tenez droit en parlant. Je vous recommande aussi vos oreilles qui sont toujours pleines de poudre, et vos cheveux qui sont coupés si près de votre tête ou occiput, qu’a la fin vous aurez la tête trop près du bonnet. A dieu, monsieur, mon secretaire vous embrasse de tout son cœur, et fait, comme vous voyez, de grands frais pour vous.

[2 r vierge] [2 v] [Adresse et tarif postal]
1
2
3
4
1715/3694 results        

                                       

               

Responsable du projet : Nicolas Rieucau, Laboratoire d'économie dionysien (EA 3391) / Université Paris VIII.
Projet financé par l'Agence Nationale de la Recherche (ANR)
Hébergement du site : TGIR Huma-Num

© 2016 - 2021 Laboratoire d’économie dionysien

Dernière mise à jour: lundi 26 septembre 2022 (17:07) +
Rendu de la page en 0.132s