Crédit photographique : Bibliothèque de l’Institut de France 

ET
3571 réponses

Sélectionner par

• Année
Sans date
1760
1770
1780
1790
→ Aucune sélection

• Marques postales
Non
Oui
→ Aucune sélection

• Type de contenu
Description du papier
Image du filigrane
Transcription
Transcription & papier
→ Aucune sélection

2216/3571 results        
Notice
Identification et lieu de conservation
IDC2269
TitreLagrange, Joseph Louis de à CONDORCET - 2 août 1777 (Paris, Bibliothèque de l’Institut de France / Ms 876, f. 40-41)
Datation2 août 1777
Lieu de conservationParis, Bibliothèque de l’Institut de France
CoteMs 876, f. 40-41
Intervention
Expéditeur(s) et destinataire(s)
Lieux
Lieu d'écriture indiqué par le scripteurBerlin
Lieu d'écriture rétabli ou normaliséBerlin
Lieu d'écriture indexé
Lieu de destination rétabli ou normaliséParis, hôtel de la Monnaie
Lieu de destination indexé
AdresseA Monsieur / Monsieur le Marquis de Condorcet / Secrétaire perpétuel de l'Académie / Royale des Sciences &: &: / hotel des Monnaies à Paris
Marques postales
Marques postalesOui
Pliage d’expéditionPli cacheté
Tarif postal[international]
Papier et cachet
Description sommaire du papier

Bifeuillet in-4°, vergé écru, filigrané 

Cachet de cireoui
Couleur de la cirerouge
Référence(s)
Edition(s)

G. Darboux, Lettres de Lagrange à Condorcet. In : J.-A. Serret (éd.) et al., Oeuvres de Lagrange, Paris, Gauthier-Villars. Vol. 14, 1892, p. 46-47.

Textes
Incipit

je vous remercie bien tendrement de vos soins obligeants.

Ouvrir dans une nouvelle page

Adresse :

A Monsieur

Monsieur le Marquis de Condorcet

Secretaire perpetuel de l'Academie Royale des Sciences &c. &c.

hotel des monnaies

à Paris
(f. 41v).

Marques postales (f. 41v) :

  • tarif : 10 [?]
  • autres inscriptions postales non déchiffrées

Transcription

[40 r] Berlin ce 2 Aout 77

Mon cher et illustre Ami, je vous remercie bien tendrement de vos soins obligeans. si la personne en question avait pu prevoir qu'au cas que son ouvrage ne pût etre pret pour le tems marqué l'Académie voudrait bien condescendre a ce qu'on lui en envoyât une partie d'abord et le reste ensuite, elle aurait pris de bonne heure des mesures pour cela ; mais dans l'etat ou est maintenant son travail il lui est absolument impossible de profiter de cette complaisance de l'Academie, à laquelle elle est d'ailleurs infiniment sensible. Je souhaite en mon particulier que vous ayez recu d'asses bonnes pieces pour pouvoir donner le prix ; car le sujet est tres ingrat, et a moins que de repeter ce que d'autres ont deja dit, ou de se jetter dans des digressions, il me parait difficile de se tirer d'affaire honnetement.

[40 v] j'ai vu dernierement M. Margraff qui m'a paru un peu inquiet de ce qu'il ne recoit point d'avis direct de l'Academie touchant son election, de laquelle il est infiniment flatté. je lui ai dit que cela pouvait venir de ce que le ministre n'avait peut etre pas encore expedié la lettre ; et que la meme chose m'etait arrivée. je vous prie de lui donner cette consolation le plutot que vous pourrez. Je compte que M. d'Alembert aura peut etre deja reçu un paquet que je lui envoyai <de> depuis peu par un négociant d'ici. S'il l'a recu et qu'il vous ait communiqué mon memoire sur les equations aux différences finies et partielles comme je l'en ai prié, obligez-moi de m'en dire votre avis ; embrassez toujours bien M. d'Alembert pour moi, et dites lui que M. Bitaubé [41 r] m'a fait ses complimens et m'a lu l'article de sa lettre qui me regarde. est il vrai que vous avez renoncé à votre place d'inspecteur des monnaies, comme on l'a annoncé dans quelques gazettes ? Sachant combien je m'intéresse a tout ce qui vous regarde, je me flatte que vous ne trouverez pas mauvais que je vous demande ce qui en est. Adieu mon cher et illustre Ami portez vous bien et croyez qu'il n'y a personne au monde qui vous aime et vous honore plus que moi.

[41 v] [adresse, marques postales et cachet (voir autres rubriques).]
Contenu

  Lagrange et le concours pour le prix de l’Académie de Paris. Margraff n’a pas encore reçu l’avis officiel de son élection à l’Académie. A envoyé un paquet à d’Alembert contenant notamment un mémoire sur les équations aux différences finies et partielles ; avis de C. espéré. Bitaubé lui a lu une partie d’une lettre de d’Alembert. Lagrange demande à C. s’il a renoncé à sa place à la Monnaie comme il est dit dans certains journaux.

 

2216/3571 results        

                               

Responsable du projet : Nicolas Rieucau. Université Paris VIII.
Projet financé par l'Agence Nationale de la Recherche (ANR)
Hébergement du site : TGIR Huma-Num

© 2016 - 2020 Laboratoire d’économie dionysien

Dernière mise à jour: mardi 24 novembre 2020 (17:16) +
Rendu de la page en 0.032s