Crédit photographique : Bibliothèque de l’Institut de France 

ET
3626 réponses

Sélectionner par

• Année
Sans date
1760
1770
1780
1790
→ Aucune sélection

• Marques postales
Non
Oui
→ Aucune sélection

• Type de contenu
Description du papier
Image du filigrane
Transcription
Transcription & papier
→ Aucune sélection

2259/3626 results        
Notice
Identification et lieu de conservation
IDC2304
TitrePierre Joseph GEOUFFRE D'AURUSSAC à CONDORCET - [16 juin 1782 ou après] (Paris, Bibliothèque de l’Institut de France / Ms 867, f. 22-23)
Document de référenceOui
Statut éditorialLettre retenue
Nature du documentOriginal
Lieu de conservationParis, Bibliothèque de l’Institut de France
CoteMs 867, f. 22-23
Intervention(s)
Expéditeur(s) et destinataire(s)
Instrument d’écriturePlume trempée dans l’encre noire
Dates
Date indiquée par le scripteurle 16
Datation[16 juin 1782 ou après]
Travail de datation achevéNon
Note(s) dates

L’annonce de la publication de l’Eloge de Maurepas (lu par Condorcet le 10 avril 1782) que l’auteur de la lettre vient de lire deux fois, est dans le numéro 151 du 31 mai 1782 du Journal de Paris. Geouffre d’Aurussac date par ailleurs sa lettre du « 16 ». Il s’agit donc au plus tôt du 16 juin 1782.

Papier et cachet
Description sommaire du papier

Bifeuillet in-4°, vergé légèrement azuré, filigrané

Textes
Incipit

Permettez-moi Monsieur le marquis de vous faire une question

Ouvrir dans une nouvelle page

Transcription

[22 r] Rue St Dominique d’Enfer le 16

Permetez moi Monsieur le marquis de vous faire une question. Quel est le meilleur traité de mathématique que l’on peut donner à un jeune homme qui a déjà quelques connoissances de cette sience, et qui voudroit s’y perfectionner à lui seul, particulièrement dans cette partie pratique dont on peut faire l’application dans l’usage ordinaire de la vie ?

Ce n’est pas tout. Jai la grippe ; et dans le deseuvrement de ma maladie j’ai fait quelques vers que je prens la liberté de vous adresser. C’est une traduction, ou plutôt une imitation de cet endroit de l’Iliade ou Jupiter fait un défi à tous les dieux. Je vous avoue ingènument que je ne sais point le grec, et je n’ai travaillé que d’aprez le latin et le français. J’attands Monsieur votre jugement pour fixer le mien sur ce petit rien [?] et je vous prie de me dire ce que vous en pensez.

[22 v] Pour vous dédommager de l’ennui que mon griffonage va vous causer, je vous envoi un logogrife en queue [?] pareil à celui du bucher. Vous devinerez bien plus aisément le mien, car je le crois plus facile.

Je viens de lire dans mon loisir deux fois l’eloge de mr de Maurepas. J’ai remarqué que votre éloquence a contracté quelque chose du caractère du ministre que vous célébrez. Elle est simple et naïve, elle est large et modérèe ; on pouroit, peut être dire, elle est adroite, comme etoit celui que vous loués. Si cet ouvrage etoit ainsi, je le relirois sans doute encore, car depuis que Voltaire et mr de Buffon n’écrivent plus, je ne connois d’orateur français que celui de l’académie des siences.

J’ai l’honneur d’ètre avec un respectueux attachement Monsieur votre três humble et très obeissant Serviteur.

L. b. geouffre d’aurussac1Paraphe bouclé.

[23 r vierge] [23 v] [Inscription allographe]
1
2
3
4
Contenu

Fait la demande d'un traité de mathématiques et adresse une composition de vers.

2259/3626 results        

                               

Responsable du projet : Nicolas Rieucau. Université Paris VIII.
Projet financé par l'Agence Nationale de la Recherche (ANR)
Hébergement du site : TGIR Huma-Num

© 2016 - 2021 Laboratoire d’économie dionysien

Dernière mise à jour: lundi 20 septembre 2021 (17:52) +
Rendu de la page en 0.022s