Crédit photographique : Bibliothèque de l’Institut de France 

ET
3758 réponses

Sélectionner par

• Année
Sans date
1760
1770
1780
1790
→ Aucune sélection

• Marques postales
Non
Oui
→ Aucune sélection

• Type de contenu
Description du papier
Image du filigrane
Transcription
Transcription & papier
→ Aucune sélection

2264/3758 results        
Notice
Identification et lieu de conservation
IDC2306
TitreJohann Albrecht EULER à CONDORCET - 26 mai 1778 (Paris, Bibliothèque de l’Institut de France, Ms 876, f. 57-58)
Document de référenceOui
Statut éditorialLettre retenue
Nature du documentOriginal
Lieu de conservationParis, Bibliothèque de l’Institut de France
CoteMs 876, f. 57-58
Intervention(s)
Expéditeur(s) et destinataire(s)
Scripteur(s)
Instrument d’écriturePlume trempée dans l’encre noire
Signature de Condorcet[néant]
Signature(s) (hormis Condorcet)Oui
Dates
Date indiquée par le scripteurce 15/26 May 1778.
Datation26 mai 1778
Lieux
Lieu d'écriture indiqué par le scripteurà St Pétersbourg
Lieu d'écriture rétabli ou normaliséSaint-Pétersbourg
Lieu d'écriture indexé
Marque(s) postale(s)
Marque(s) postale(s)Non
Pliage d’expéditionPli non cacheté
Papier et cachet
Description sommaire du papier

Bifeuillet in-4°, vergé écru, filigrané.

Cachet de cire[néant]
Référence(s)
Imprimé(s)
Textes
Incipit

L'auteur de l'écrit sur la perturbation des comètes

Ouvrir dans une nouvelle page

Transcription

[57 r] à StPetersbourg ce 15 26 May 1778.

Monsieur et très illustre Confrère,

L’auteur de l’écrit sur la perturbation des Comètes, auquel Votre illustre Académie vient d’a[d]juger le prix, est M. Fuss, élève de mon père et Adjoint de l’Académie impériale des sciences pour les mathématiques. Il aura l’honneur de Vous le notifier lui même, Monsieur, dans une lettre qu’il m’a promis de me remettre encore ce soir pour la faire partir avec la mienne. J’ai été bien surpris de voir par Votre obligeante notification, qu’il ne s’est point trouvé de billet cachété ni à la piece même que j’ai eu l’honneur de Vous adresser en 1775 ni au supplement qui Vous est parvenû l’année passée. M. Fuss m’assure en avoir joint à l’une et à l’autre, il faut donc qu’ils ayent été égarés par mégarde, [ce] dont je suis bien faché parce que par là le public a été pour quelque temps détourné d’un jeune Géomètre, qui |déja| mérite toute son attention et qui quelque jour fera l’admiration de l’Europe savante. Quant à la maniere de lui faire toucher le prix, je lui ai conseillé de Vous prier, Monsieur, que Vous lui en fassiez remesse1Lire remise. par une lettre de change sur la Hollande, de la même maniere que mon pere a touché il y a quelque tems les mille roubles <que> dont Votre très gracieux Roy <lui> a bien voulû le gratifier.

Mon père se porte très bien au sein de sa nombreuse famille : jusqu’ici il ne discontinue point de travailler journellement à des mémoires de Géométrie et de Physique qui entreront dans nos Actes Académiques. Ensuite pour se delasser et se donner du mouvement nécessaire à la conservation de sa2Passage souligné au crayon, par une main inconnue, depuis le début de cette phrase. De la même main, dans la marge gauche, une flèche et un trait vertical signale ce passage et le texte qui le suit jusqu’à la fin de la page. santé, il s’amuse à aimanter des barres d’acier trempé, dont il a un très grand nombre de différentes dimensions3La dernière syllabe de ce mot intervient en réclame. [57 v]  : il en a de 30 pouces de long sur 2 1 2 p. <en quar> d4Cette lettre aurait dû être barrée. d’épaisseur en quarré, qu’il travaille et frotte avec des lames de 24 pouces etc. Il Vous rémercie infiniment de la part obligéante que Vous prennez à son étât et Vous prie d’être très persuadé son parfoit rétour. Mais il ne comprend pas quelles nouvelles le Comte de Schouvalov <vous> Vous a pû donner de sa santé5Passage souligné au crayon par des traits discontinus, d’une main inconnue (la même que précédemment), depuis le début de cette phrase. De la même main, dans la marge gauche, une flèche et un encadrement signalent ce passage et le texte qui le suit jusqu’à la fin de la phrase., lui qui comme tous ses autres compatriotes ne se souvient gueres des gens de notre étât, et les voyent le moins qu’ils le peuvent. Mais ces messieurs sont tout autres lorsqu’ils voyagent, que lorsqu’ils sont sur leur fumier6Ces trois derniers mots sont soulignés au crayon, toujours par la même main. : passent encore les Beaux ésprits, les Poètes – dont ils ne font cependant de cas qu’entant7Lire qu’autant. qu’ils les amusent8Cette phrase et le début de la suivante sont marquées par une flèche et un trait vertical, encore de la même main, au crayon.. Vous aurez actuellement reçu, Monsieur, le Diplome Académique que j’ai eu l’honneur de Vous adresser de la part de notre Académie, et dont le Chévalier de Corberon Votre Chargé d’Affaires à notre cour a bien voulû se charger. Je dois une ample réponse à notre digne et chèr Confrère M. de Lalande et je m’en acquitterai avec bien du plaisir au prémier jour : je Vous prie de l’assurer en attendant de mon inviolable attachement.

J’ai l’honneur d’être avec la plus parfaite éstime Monsieur et très illustre Confrère Votre très-humble et très-obéissant ser­viteur

Jean-Albert Euler

[58 r vierge] [58 v vierge]
1
2
3
4
2264/3758 results        

                                       

               

Responsable du projet : Nicolas Rieucau, Laboratoire d'économie dionysien (EA 3391) / Université Paris VIII.
Projet financé par l'Agence Nationale de la Recherche (ANR)
Hébergement du site : TGIR Huma-Num

© 2016 - 2021 Laboratoire d’économie dionysien

Dernière mise à jour: dimanche 21 avril 2024 (20:33) +
Rendu de la page en 0.034s