Crédit photographique : Bibliothèque de l’Institut de France 

ET
3758 réponses

Sélectionner par

• Année
Sans date
1760
1770
1780
1790
→ Aucune sélection

• Marques postales
Non
Oui
→ Aucune sélection

• Type de contenu
Description du papier
Image du filigrane
Transcription
Transcription & papier
→ Aucune sélection

1929/3758 results        
Notice
Identification et lieu de conservation
IDC1971
TitreCONDORCET à Jean Baptiste Antoine SUARD - [fin 1781 ou 1782] (Paris, Bibliothèque nationale de France, site Richelieu-Louvois, NAF 23639, f. 5-6)
Document de référenceOui
Statut éditorialLettre retenue
Nature du documentOriginal
Lieu de conservationParis, Bibliothèque nationale de France, site Richelieu-Louvois
CoteNAF 23639, f. 5-6
Intervention(s)
Expéditeur(s) et destinataire(s)
Instrument d’écriturePlume trempée dans l’encre noire
Dates
Datation[fin 1781 ou 1782]
Marque(s) postale(s)
Marque(s) postale(s)Non
Pliage d’expéditionPli cacheté
Papier et cachet
Description du papier issue de Muse

Description occurrence :
Ff. début/fin : 005-006. Type de papier : BIF013-2 . Bifeuillet in-4°. Dimensions feuillet : 195 x 155

Description référence :
Type de papier : BIF013-2. Vergé écru, lisse. Épaisseur : 0,105 mm. Dimensions feuille entière :310 x 390 (rogné). Filigrane : Marque : Cornet courroie simple sur écu fleurdelisé / chiffre 4 à chevrons. Contremarque  : “VAN DER LEY”. Ecart lignes de chaînettes : 23,5-25mm. Tranchefile marque : 12-13 mm. Tranchefile contremarque : 12 mm.

Référence(s)
Imprimé(s)
Textes

Ouvrir dans une nouvelle page

Transcription

[5 r] Mon bon ami, j’ai lu cette piece de Palissot. Il m’a paru 1.° que si on ne considere que la piece en elle même, elle peut être jouée en y faisant quelques suppressions. Le sujet même est moral. Un fripon qui fait parade de sa haine pour la philosophie afin d’attraper un <imp [?]> imbecille est très bon à mettre sur le Théatre : il suffirait d’oter l’abbé Moralès, et quelques bêtises que dit l’honête home de la piece ; come lorsqu’il blâme les gens de lettres de se mêler de politique. Lorsque le gouvernement se mêle de censurer <il [?]> les pieces de Théatre, il ne <p [?]> doit pas souffrir qu’on y donne come bones ou utiles les opinions qu’il ne pourrait adopter sans se deshonorer. 2° Mais si on considere la piece avec la preface et les notes il me parait <imp> juste d’en empêcher la répresentation. L’auteur dit dans cette préface imprimée que son intention etait de faire croire <au [?]> à ses ennemis que le mechant qu’il peint etait fait d’après lui, et lorsqu’ils auraient applaudi à la piece, de se montrer et de leur faire voir que les traits sous lesquels il répresente Valere leur <convient> conviennent plutot qu’a lui. Il developpe cette belle idée dans les notes ; si Valere a fait un livre obscene come on dit en Theologie c’est que Diderot en a fait un, 1Un trait au crayon figure en marge, à gauche du passage qui suit, jusqu’à la fin de la page,si Valere fait un libelle c’est que l’abbé Morellet en a fait contre Palissot, les couplets sur Elmire amenent une note sur la querelle de Diderot avec Me de La Marck. Valere ne prend un ton hipocrite que par ce que Diderot l’a pris avec Me de La Marck. Cette <pieces> piece commentée d’avance [1 v]2Deux traits verticaux barrent ce paragraphe et le début du suivant.par l’auteur est donc de son propre aveu un véritable libelle. Vous ne permettez pas dans les comedies les personalités lors même qu’on <fait [?]> laisse aux spectateurs à en faire l’application, vous <ne pouvez pas> pouvez donc permettre encore moins une piece où l’auteur avertit de ces applications |dans des notes|, et y designe les persones qu’il veut insulter.

Mon bon ami, vous devriez rendre un service au pauvre peuple, ce serait dans une de vos visites à M. Le Noir de lui faire entendre <qu’il est bon de> [qu’]on pourroit3Il n’est pas certain que la correction qui précède soit de la main de Condorcet. profiter de l’interet que le Roi |et le public| <a> ont4Cette correction et l’addition qui la précède ne sont peut-être pas de la main de Condorcet. paru prendre aux experiences sur Sannia, pour faire <proposé> proposer des prix sur cette matiere. Il faudrait en proposer 3. 1°. Un prix sur la nature des <exa> exhalaisons que produisent les fosses d’aisance les égouts, et les autres amas de matieres putrefiées, et des differentes substances nuisibles que ces matieres contiennent ou produisent, avec les moyens chimiques s’il y en a de détruire dans ces matieres ces qualites malfaisantes. 2°. Un prix sur les moyens |pratiques| de prevenir les accidens qui peuvent <naitre> arriver en vuidant <ces> les fosses ou [en] netoiant les égouts, la maniere de construire des fosses ou des égouts qui n’exposeraient pas à ces accidens, enfin <des [?]> les moyens economiques, qui concilieraient la salubrite et la propreté, <et substitue [?]> en substituant aux fosses creusées au dessous du terrein des <fosses> caisses portatives. On balancerait dans ces mémoires, ces 3 differentes méthodes de preserver des accidens relativement à leurs avantages |phisiques|, à la depense <qu’ils> qu’elles exigent, et aux reglemens de police qu’elles rendraient nécessaires.

[2 r] 3.° Sur les differentes maladies <que [?]> qui peuvent attaquer les vuidangeurs ou ceux qui assistent a ces opéra¬tions |ou ceux qui habitent près des fosses ou des égouts|, et sur les moyens de les guerir. Le premier de ces prix serait <donné> jugé par l’académie des sciences, le <second> troisiême par <l’academie> la societé roiale et le <troisiême> second par un comité de 5 juges savoir M. le lieutenant de police un commissaire mathematicien et un commissaire chimiste de l’academie des sciences nommés par elle, un medecin nommé par la societé royale, et un Architecte nomé par l’académie d’Architecture. <Ce prix serait très utile, ferait> Ces prix seraient très utiles, feraient honeur au gouvernement, et ne couteraient qu’une somme très modique.

On pourrait donner 1 200lt pour le 1er <et le tro [?]> par ce que les experiences sur les airs, et quelques analyses chimiques ne demandent pas de grandes avances, et <que> de même pour le 3e par ce que les medecins aiment mieux la gloire qui leur vaut des pratiques que l’argent du prix. Il faudrait 100 louis pour le 2d qui peut exiger des expériences en grand. Si pour le jugement il y a des experiences à répeter l’academie des sciences a des fonds et ferait à ses depens celles du 1er prix. Ainsi en mettant 1 200lt pour celles du 3e, la <d> totalite de la dépense reviendrait a 6 000lt |tout au plus et paiables dans deux ans|. Cet objet est important songez y.

Je vous embrasse.

Souvenez-vous <d’une> d’un mémoire contenant une pompe et envoié de Bicêtre sur lequel je vous ai prié de faire des <observations> imformations [sic], si elles ne sont pas faites et <[... ?]> que vous ne puissiez pas les faire, renvoiez le moi. Ces imformations [sic] se bornent à savoir si on voudra vous dire ce que c’est que l’home qui a signé le mémoire.

[2 v] [Adresse]
1
2
3
4
1929/3758 results        

                                       

               

Responsable du projet : Nicolas Rieucau, Laboratoire d'économie dionysien (EA 3391) / Université Paris VIII.
Projet financé par l'Agence Nationale de la Recherche (ANR)
Hébergement du site : TGIR Huma-Num

© 2016 - 2021 Laboratoire d’économie dionysien

Dernière mise à jour: dimanche 14 avril 2024 (22:39) +
Rendu de la page en 0.031s